Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/trou_noir.jpg

 

NGC1277 est un cas hors-norme. Ce trou noir géant récemment découvert fascine la communauté scientifique. Ces proportions démesurées ne correspondent pas aux théories classiques pour expliquer la formation des galaxies, et remettent en question la grille de lecture habituelle.

 

Situé à 220 millions d’années-lumière de notre système solaire, il habite une minuscule galaxie, de seulement un quart du diamètre de la Voie lactée. Une étude publiée ce mercredi dans la revue britannique Nature explique que cette galaxie mystérieuse "ne paraît pas avoir beaucoup changé depuis sa formation, il y a huit milliards d’années".


En revanche, le trou noir possède une masse  gigantesque de 17 milliards de fois celle de notre Soleil. Son centre représenterait onze fois l’orbite de Neptune autour du Soleil. Comment peut-il donc tenir dans une si petite galaxie ? En temps normal, les trous noirs correspondent à environ 0,1% de la taille de leur galaxie. Mais celui-ci s'étale sur 14% de l'espace disponible dans sa galaxie. "Plus d’un dixième de toute la masse de ce système est dans le trou noir", détaille Remco van den Bosch, de l’Institut Max-Planck.

 

Résultat : la galaxie "est presque entièrement un trou noir. Elle pourrait constituer le premier objet d'une nouvelle classe, les trous noirs galactiques, projette Karl Gebhardt, coauteur de l’étude : "C'est vraiment une galaxie insolite."

Les théories classiques supposent que les trous noirs se forment après l’effondrement d’une grosse étoile sur elle-même. Mais ici, ce mécanisme ne permet pas d'expliquer un trou noir aussi immense. Selon les astronomes, il a dû se former grâce à un autre mécanisme cosmique, pour l'instant inconnu.

 

NGCC 1277 est au moins le deuxième plus gros trou noir identifié et il pourrait bien ravir la première place du classement. La masse du numéro un actuel, découvert en 2011, n'a pas encore été calculée précisément et oscille entre 6 et 37 milliards de fois celle du Soleil.

Lu sur Nature.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article