Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

 

 

 

Les origines de la lune, une piste cyclable chauffée... Revue des sujets sciences de la semaine

Et aussi : l'étude d'un échantillon du lac Vostok, la nourriture qu'il faut emporter dans l'espace et la météo d'Uranus.

 

 

Origine de la Lune : nouveaux scénarios de collision avec Théia

Le scénario principalement accepté pour la formation de la Lune fait intervenir une collision pendant l’Hadéen entre la jeune Terre et une petite planète de la taille de Mars, nommée Théia. Cette hypothèse laissait toutefois subsister des énigmes cosmochimiques. Elles viennent peut-être de trouver leurs solutions, selon deux groupes de chercheurs.

Grâce au programme Apollo et aux roches lunaires que Neil Armstrong et ses collègues ont ramenées sur Terre, on sait que la Lune partage avec notre planète de surprenantes similitudes de composition chimique, notamment au niveau des isotopes de tungstène, chrome, silicium et oxygène, qui rappellent la composition du manteau de la Terre. Autre certitude : la Lune possède un noyau ferreux anormalement petit et est très pauvre en eau.

Lire la suite sur Futura Sciences

Lac Vostok : le premier échantillon étudié ne révèle aucune trace de vie

Il aura fallu 20 ans de forage pour qu’en février 2012, un échantillon d’eau du lac Vostok, enfoui à plus de 3.760 mètres de profondeur dans l’Antarctique, soit enfin récupéré. Les résultats d’analyse viennent d’être dévoilés : dans cette eau cristalline, aucune trace de vie n’est détectable. Ce lac, qui n’a eu aucune interaction avec l’atmosphère depuis 20 millions d’années, serait-il complètement pur ? Pas sûr...

Le 5 février 2012, les premiers échantillons d’eau du lac Vostok, le plus grand lac souterrain connu de l’Antarctique, étaient extraits. Emprisonnée sous la glace depuis plus de 10 millions d’années, l’eau du lac pourrait abriter des bactéries voire des espèces animales inconnues. Les premiers résultats montrent pourtant que l’eau récoltée est tristement cristalline.

Lire la suite sur Futura Sciences

Quelle nourriture à emporter sur Mars et dans l'espace ?

Les saucisses d'Apollo et les préparations sous vide de l'ISS deviendraient vite insupportables à un équipage embarqué pour un voyage lointain dans l'espace, vers Mars ou un astéroïde. La Nasa, comme d'autres agences spatiales, réfléchit à cette question, qui n'est pas anecdotique. Quelle nourriture pour les Terriens en exil ? Parmi les produits envisagés : la laitue et les fraises. Ou quand la haute technologie a besoin de la nature...

La nourriture est un des facteurs qui influent le plus sur la santé physique et morale des astronautes. Pour des missions lointaines, qui pourraient durer plusieurs années, ce facteur prend une importance capitale. Et pas question de s'arrêter quelque part pour faire les courses... Les astronautes devront subvenir à leurs propres besoins, donc se nourrir et boire, mais aussi respirer, s’entretenir et gérer leurs déchets. Essentielle au bien-être physique et psychologique de l'équipage, la nourriture est un réel sujet de préoccupation au sein des agences spatiales qui planifient une mission habitée vers Mars, vers un astéroïde ou pour des destinations plus lointaines.

Lire la suite sur Futura Sciences

Uranus révèle une météorologie étonnante

En recevant 900 fois moins d'énergie solaire que notre planète, Uranus devrait être un astre à l'atmosphère très calme. Il n'en est rien, comme le montre une minutieuse étude menée depuis plusieurs années à l'aide du télescope Keck 2.

 

 

Septième planète du Système solaire, Uranus fut découverte en 1781 par l'astronome germano-britannique William Herschel. On a longtemps pensé que la seule originalité de cette lointaine géante gazeuse concernait son axe de rotation qui se situe pratiquement dans son plan de révolution autour du Soleil, en faisant une planète penchée. Alors que l'angle d'inclinaison de cet axe est de 3° pour Jupiter, 23° pour la Terre, 29° pour Saturne et Neptune, il atteint 98°pour Uranus. Cette anomalie pourrait s'expliquer par plusieurs impacts qui auraient progressivement fait basculer la planète.

Lire la suite sur Futura Sciences

Aux Pays-Bas, on étudie une piste cyclable… chauffée

Dans un pays où il y a davantage de vélos que d’habitants mais où le verglas piège souvent les deux-roues, pourquoi ne pas réchauffer la chaussée si c’est à bon prix, à l’aide de la géothermie ? L’étude est en cours aux Pays-Bas…

Une équipe d'ingénieurs néerlandais du bureau d'études Tauw planche sur un projet de piste cyclable chauffée grâce à la géothermie dans le but de réduire les risques d'accidents dus au verglas dans un pays voué à la bicyclette. « L'idée serait d'installer sous la piste cyclable un système permettant d'empêcher la formation de verglas en hiver, a expliqué à l'AFP Marcel Boerefijn, ingénieur en charge du projet, il y aurait moins d'accidents ! »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article