Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/atalntico-sciences_24.jpg

 

De l’ADN vieux de 400.000 ans complique l’histoire de l’Homme ; De l'eau dans l'atmosphère de cinq exoplanètes : Hubble confirme

Et aussi : En bref : l’expérimentation animale en question à la Cité des sciences ; animaux ; La Nasa veut faire pousser des plantes sur la Lune ; Apple : châssis en Liquidmetal et nouvelle optique dans l’iPhone 6 ?

 

De l'eau dans l'atmosphère de cinq exoplanètes : Hubble confirme

 

Hubble a encore de la ressource. Les astrophysiciens viennent d'annoncer qu'il a permis d'établir solidement la présence d'eau dans l'atmosphère de cinq exoplanètes. Ce n'est pas la première fois que l'on réalise un tel exploit, mais c'est de bon augure pour le télescope James Webb, lorsqu'il partira à son tour à la chasse aux exoplanètes et qu'il cherchera des biosignatures dans leur atmosphère.

Wasp 17b, HD209458b, Wasp 12b, Wasp 19b et XO-1b : tels sont les noms ésotériques des exoplanètes pour lesquelles la Nasa vient d’annoncer que leurs atmosphères contiennent de l’eau. Bien sûr, pour nous, l’eau est souvent synonyme de vie, mais dans le cas présent, on a un peu de mal à comprendre l’engouement autour de cette annonce. En effet, toutes ces exoplanètes sont des Jupiter chaudes, ce qui veut dire qu’il n’y a aucune chance que l’on trouve sur ces astres une équipe en train de réaliser un Google Street View somptueux d’analogues des récifs coralliens de notre Planète bleue, comme le font actuellement les membres du Catlin Seaview Survey. En outre, il n’y a pas plus de chances que l’on soit en présence d’une Arrakis, puisqu’à chaque fois, il s’agit de géantes gazeuses portées à de hautes températures.

Lire la suite sur Futura-sciences

 

De l’ADN vieux de 400.000 ans complique l’histoire de l’Homme

Près de 400.000 ans : voici l’âge de l’ADN mitochondrial qui vient d’être intégralement séquencé. Il a été extrait du fémur d’un hominidé découvert en Espagne dans les années 1990.

Surprise : bien que morphologiquement proche de l’Homme de Néandertal, cet inconnu aurait plus d’affinités génétiques avec l’Homme de Denisova. Lequel, pourtant, a vécu en Sibérie plusieurs milliers d’années plus tard. Au cours du temps, l’ADN d’un être mort se dégrade progressivement, à une vitesse qui dépend des conditions dans lesquelles la dépouille est conservée. En d’autres termes, il se fragmente en une multitude de séquences nucléotidiques de plus en plus petites, au grand dam des paléogénéticiens. En effet, ce processus limite l’âge maximal des séquençages pouvant être réalisés sur des restes humains ou animaux. Cependant, les spécialistes ne s’avouent pas vaincus pour autant.

Lire la suite sur Futura-sciences

 

En bref : l’expérimentation animale en question à la Cité des sciences 

Est-il légitime de procéder à des expérimentations sur des animaux ? Y a-t-il des alternatives ? Faut-il faire évoluer la législation ? On débattra de ces sujets ce samedi 7 décembre, à partir de 11 h 00, à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris. C’est le bicentenaire de la naissance de Claude Bernard, médecin et physiologiste français du XIXe siècle.

Considéré comme un pionnier de la médecine expérimentale, il était aussi un ardent promoteur de l’expérimentation animale. Sans contestation possible, elle a depuis fait progresser la médecine, mais aujourd’hui, les mœurs, les connaissances scientifiques et les moyens techniques ont considérablement changé.

Lire la suite sur Futura-sciences

 

La Nasa veut faire pousser des plantes sur la Lune

La Nasa compte sur des compagnies privées désireuses de poser un module sur la Lune, par exemple dans le cadre du Google Lunar X Prize, pour réaliser une expérience intéressante.

Il s'agira de faire germer des graines dans une chambre hermétique, mais laissant passer les rayons du Soleil. Le but est de savoir s'il sera un jour possible de cultiver des plantes pour les colons d'une base lunaire permanente.L’établissement d’une colonie martienne fait rêver, mais il serait sans doute plus prudent d’entreprendre d’abord une telle démarche sur la Lune avant de se lancer dans la conquête de Mars. Dans l’idéal, il faudrait pouvoir reproduire une véritable biosphère miniature. Cela aurait plusieurs avantages, comme assurer la production de nourriture et aussi d’oxygène pour les colons. En outre, on ne peut pas négliger le facteur psychologique. L’expérience des bases en Antarctique, comme celle d’Arctowski avec sa serre où poussent des légumes frais, montre toute l’aide que des plantes peuvent apporter pour le moral des futurs colons du Système solaire.

Lire la suite sur Futura-sciences

 

Apple : châssis en Liquidmetal et nouvelle optique dans l’iPhone 6 ?

Le bureau des brevets et des marques américain a accordé une série de brevets à Apple cette semaine. Cinq d'entre eux évoquent l’exploitation du Liquidmetal, un matériau métallique léger, robuste et solide.

Avec lui, les pièces pourraient être façonnées avec un système d’impression en 3D. Un autre brevet décrit un système de prise de vue plénoptique intégré directement dans un terminal mobile. Il permettrait de réaliser des clichés sans nécessiter de mise au point.C’est une foison de brevets que le bureau des brevets et des marques américain (USPTO) a accordé à Apple ces derniers jours. Cinq de ces brevets ont pour point commun un alliage métallique amorphe connu sous le nom de Liquidmetal, quand un autre décrit un système de prise de vue pour smartphone permettant d’effectuer la mise au point sur un cliché après qu’il ait été réalisé.

Lire la suite sur Futura-sciences


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article