Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Après le passage sur la France du panache radiocatif contenant des éléments de la centrale de Fukushima, les autorités se veulent rassurantes.

 

De nouveaux relevés ont confirmé la présence en France du panache radioactif émis par la centrale japonaise de Fukushima à des niveaux restant sans danger pour la santé et l'environnement, a indiqué dimanche l'Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire (IRSN)

Des traces d'iode 131 ont été mesurées sur des prélèvements de particules atmosphériques réalisés entre le 24 et le 25 mars par la station de l'IRSN installée à Cherbourg-Octeville (Manche) et entre le 25 et le 26 mars par la station installée à Orsay (Essonne). 

Ces traces "confirment la présence en France d'éléments radioactifs rejetés lors de l'accident de la centrale de Fukushima", indique l'IRSN dans un communiqué. 

De l'iode 131 avait déjà été détecté le 24 mars sur un prélèvement de particules atmosphériques effectué au sommet du Puy de Dôme. 

La valeur des nouvelles traces est "plus faible que celles observées le 23 mars en Europe du Nord" et "ne représente aucun danger environnemental ou sanitaire", souligne l'Institut. 

Les autres radio-nucléides présents dans les rejets de l'accident de Fukushima, notamment le césium 137, n'ont pas été détectés "car leur concentration dans l'air reste encore inférieure aux limites de détection", ajoute-t-il. 

Tous les résultats de mesure de prélèvements effectués sur les autres stations de l'IRSN sont inférieurs aux limites de détection. 

Par ailleurs, un échantillon de mousse prélevé à Saint-Pierre-et-Miquelon le 18 mars et des échantillons de lait prélevés à Pélussin (Loire), Marcouria (Guyane) et Taravao (Tahiti) présentent des traces de césium 137 correspondant à des niveaux "souvent observés dans ce type de produit", en raison des effets des essais nucléaires en atmosphère et de l'accident de Tchernobyl.    

 

L'Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article