Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Le zoo de l'Oregon a réalisé une étonnante vidéo en accélérée permettant d'observer la transformation d'une chenille en chrysalide. Une initiative qui met en valeur son programme de protection d'une espèce de papillon menacée sur la côte ouest des Etats-Unis

 

 

Vous avez peut-être déjà vu un papillon sortir de son cocon, mais savez-vous comment se déroule la transformation d'une chenille en chrysalide ? Au zoo de l'Oregon, même les personnes en charge des papillons n'avaient jamais pu observer ce phénomène. Jusqu'à ce que le laboratoire dédié à ces insectes ne décide de photographier une métamorphose pour réaliser un time-lapse.

Le zoo a ainsi documenté l'une des étapes clé de son projet de sauvetage d'une espèce de papillon menacée aux Etats-Unis, le Speryeria zerene hippolyta.

 

Des chenilles choyées en laboratoire

A la fin de l'été, les biologistes recueillent dans la nature des femelles papillons adultes pour qu'elles pondent leurs oeufs au sein du laboratoire. Ces derniers sont ensuite placés dans des récipients spéciaux pour les maintenir à un bon niveau d'humidité.

Durant l'hiver, les petites chenilles sont mises au frais, pour simuler l'hiver du littoral de l'Oregon. Puis, au printemps, elles sont sorties de leur récipient pour être nourries avec des feuilles de violette. Au terme de leur croissance, qui dure 6 à 8 semaines, elles accomplissent ce que l'on peut voir dans la vidéo grâce au 15.000 images capturées par le zoo : elles se transforment en chrysalides.

 

Réintroduction au sein de l'habitat naturel

Avant que le papillon ne sorte de sa chrysalide, il est réintroduit dans son environnement naturel, mais placé dans une cage de protection, et surveillé quotidiennement. Une fois sorti de son cocon, il est remis en liberté. Durant l'été 2013, 850 jeunes papillons ont ainsi pu rejoindre leurs congénères après avoir mûri sous la protection du zoo.

Les papillons ainsi nés peuvent (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article