Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/paludisme/le-paludisme-est-transmis-par-les-femelles-moustiques-appartenant-au-genre-anophele_60053_w460.jpg

 

C'est un pas de plus vers une prévention efficace du paludisme que vient de faire une équipe de chercheurs japonais de l'Université d'Osaka au Japon. Ceux-ci ont mis au point un vaccin qui protégerait à 70% la population prenant le relais du précèdent vaccin mis au point par des Britanniques et ne protégeant que jusqu'à 4 ans.

 

Vendredi, une équipe de chercheurs japonais de l'Université d'Osaka au Japon a annoncé avoir développé un vaccin qui protégerait à 70% contre le paludisme. Une nouvelle qui a été publiée mardi sur le site scientifique américain PLOS One. "L'effet de ce vaccin est plus important que celui de tous les traitements existants" expliquent les scientifiques.

 

Concrètement, ce nouveau vaccin serait une combinaison habile de poudre (dérivée d'une protéine génétiquement modifiée, trouvée à l'intérieur du parasite à l'origine de la maladie) et d'un gel d'hydroxyle d'aluminium. Baptisé BK-SE36, il devrait réduire de manière considérable la mortalité due à cette maladie, transmise par les femelles moustiques (en particulier le genre Anophèle).

 

De meilleurs résultats que les précédents vaccins

Selon les chercheurs japonais, le vaccin a été testé dans le nord de l'Ouganda entre 2010 et 2011 sur une population âgée de 6 à 20 ans. Ces études auraient donné une efficacité à 72%. Le professeur Toshihiro Horii, en charge du projet a ainsi dit vouloir passer à une utilisation pratique du BK-SE36 d'ici peu selon l'agence de presse japonaise Jiji. "Dans 5 ans, après une étude clinique sur des enfants de 1 à 5 ans, qui constituent le gros de la mortalité causée par le paludisme" a t-il ajouté.

 

L'enjeu est en effet de protéger au mieux les populations exposées mais surtout les enfants. Un vaccin, mis au point par les Britanniques au laboratoire de GlaxoSmithKline a mercredi rendu des essais cliniques assez décevants. En effet, celui-ci perdrait en efficacité après 4 ans chez les (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article