Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/dynimagecache/0-165-3096-1713-662-366/rtxrpex.jpg

 

Les pesticides ont bel et bien un impact négatif sur la santé. C'est ce qu'indique un rapport de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) publié jeudi.

 

Cancers, maladies du sang, troubles neurologiques... les maladies graves liées aux pesticides sont nombreuses. Crédit Reuters

Les professionnels du secteur ont beau le nier, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies graves - cancers, maladies du sang, Parkinson, malformations, etc. - dont l'incidence tend à augmenter dans le monde, rapporte Le Monde. C'est ce qui ressort d'un rapport l'Institut national de la santé et de la recherche médicale rendu public jeudi.

L'expertise, menée à partir de données de la littérature scientifique internationale publiées ces 30 dernières années, montre qu'il "semble exister une association positive entre exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte". Les expositions aux pesticides (herbicides, insecticides et fongicides) pendant la grossesse et la petite enfance semblent particulièrement à risque, souligne l'AFP.

Les experts font par ailleurs état de "présomption forte" d'un lien entre les pesticides et la survenue de cancers de la prostate et d'autres pathologies cancéreuses (lymphomes non hodgkinien, myélomes multiples) chez des personnes exposées professionnellement.

Les pesticides sont présents partout, rappelle L'Express : l'air, l'eau, le sol et même les aliments. En milieu professionnel, la peau représente la principale voie d'exposition, alors que dans la population générale, c'est plutôt la voie orale, via la nourriture, qui prédomine. Retirer ces produits du marché ne suffirait pas à résoudre le problème à court terme puisque certains pesticides restent présents pendant des années dans l'environnement, souligne l'Inserm.

Commenter cet article