Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Une nouvelle étude, menée sur une population de dauphins sauvages, met en évidence une technique de chasse particulière impliquant l'utilisation d'une éponge. L'organisme sert de protection au rostre du cétacé lorsque celui-ci doit inspecter les fonds marins.

 

 

Les dauphins sont souvent considérés parmi les spécimens les plus intelligents du règne animal. Réputés pour leurs formes complexes de communication et leur sens aigu de l'apprentissage, ces animaux marins enchainent les performances les plus improbables, au plus grand plaisir des biologistes qui les étudient.

On sait de ce fait qu'un dauphin est capable non seulement de se reconnaître dans un miroir mais aussi de comprendre le langage des signes ou bien d'utiliser un clavier sous-marin pour demander des jouets. Une nouvelle étude, menée sur une population de dauphins sauvages, apporte une nouvelle fois la preuve de leurs incroyables facultés.

 

Une stratégie de chasse originale

Les animaux en question vivent à Shark Bay, sur la côte ouest de l'Australie. Des observations ont montré que ces mammifères ont développé une stratégie de chasse particulière lorsqu'il s'agit de dénicher des proies indétectables par écholocalisation situées à proximité des fonds marins.

Leur sonar n'étant d'aucune utilité dans ce genre d'environnement à cause de la surface du sol bien trop complexe, les dauphins doivent utiliser leur rostre (leur museau) pour inspecter les lieux. Un travail mécanique qui s'avère difficile et douloureux. En fouillant dans les sédiments, les animaux ont en effet tendance à se blesser le bec sur des rochers pointus.

Aussi, pour éviter les entailles, ils se protègent le museau avec une éponge. L'utilisation de cet outil a attiré l'attention d'une équipe de chercheurs de l'université de Zurich, qui a tenté de savoir si l'éponge était un élément indispensable à la recherche de nourriture sur le fond des océans.

 

Alimentation différente (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article