Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.meditationfrance.com/therapie/amiyo/images/danses1.jpg

Opposer les adeptes de la croissance économique à ceux de la décroissance est un débat stérile. La chronique de Tristan Lecomte.

 

On oppose souvent les adeptes inconditionnels de la croissance économique et de l'économie de marché à ceux de la décroissance et d'une économie régulée. Mais ce débat reste souvent stérile. 

En fait, la question n'est peut-être pas entre la croissance et la décroissance mais porterait en fait sur le rééquilibrage entre la croissance extérieure et la croissance intérieure. La croissance extérieure, c'est la création de richesses matérielles et le progrès scientifique. La croissance intérieure, c'est la prise de conscience individuelle et collective des enjeux auxquels nous devons faire face. C'est aussi la prise en compte des aspirations profondes de chacun. 

Nous aspirons tous à un mieux-être, qu'il passe par la croissance ou la décroissance économique. Ainsi, aujourd'hui, ce qui est en jeu ce n'est pas la dimension extérieure de la croissance, mais bien sa dimension intérieure. La croissance intérieure se définirait par le sentiment de bien-être de la population au global, le bonheur en quelque sorte, celui-ci est mesurable. Ceci rappelle la suggestion d'inclure le bonheur comme indicateur de croissance, par le précurseur roi du Bouthan, ou, beaucoup plus récemment, par le rapport Stiglitz et Sen remis au président Sarkozy sur les nouveaux indicateurs de la croissance. 

Ce dont nous souffrons vient du décalage de plus en plus criant entre la croissance des richesses extérieures et la décroissance de notre sentiment de satisfaction à l'intérieur, ainsi que de la perte de valeurs et de lien humain dans les sociétés dites développées. 

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" est un célèbre adage. Croissance sans conscience revient au même résultat. La clé se situerait ainsi dans la redéfinition de ce qu'est véritablement la croissance. Pas une simple accumulation de richesses coûte que coûte, mais aussi une démarche intérieure et holistique. Une prise en compte de tous les critères d'objectifs tant extérieurs qu'intérieurs pour l'Homme et le Monde. Et ceci, pour le plus grand bonheur de tous! 

 

L'Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article