Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2014-01/2014-01-15/article_choc.jpg

 

Des chercheurs ont établi une «carte corporelle des émotions», un premier pas pour comprendre les mécanismes psychosomatiques...

«Ne te fais pas de bile», «arrête donc de te faire du mauvais sang», «j’en ai plein le dos»… Autant d’expressions populaires qui reflètent une réalité désormais démontrée scientifiquement: le corps réagit aux émotions. La semaine dernière, une équipe de chercheurs finlandais a établi la carte corporelle des émotions permettant de localiser les zones du corps stimulées par quatorze émotions comme la colère, la peur, le dégoût, la tristesse, l’amour… Mais comment expliquer ces relations entre nos sentiments et nos organes? 20 Minutes décrypte le phénomène.

Plongée dans le cerveau

Les sensations perçues par le système limbique du cerveau se traduisent dans le corps par une dilatation ou une diminution de la taille des vaisseaux sanguins de certains organes, provoquant ainsi leur réchauffement ou leur refroidissement, comme l’illustrent les images obtenues par les chercheurs finlandais.

 

Simultanément, notre cerveau nous permet de réagir aux événements externes: «L’amygdale est l’élément qui permet de réagir aux sensations, par exemple en provoquant la fuite en cas de peur provoquée par un bruit, l’hippocampe joue ensuite pour relativiser le stress», explique le kinésithérapeute et ostéopathe Roger Fiammetti.

Réconcilier le corps et l’esprit

Les parties du corps stimulées par les différentes émotions sont presque toujours les mêmes: les mains moites en cas de stress, le mal au ventre avant un examen, la gorge nouée face à une mauvaise nouvelle, les jambes qui tremblent en cas de peur… Roger Fiammetti, dans son ouvrage Le langage émotionnel du corps, étend ces manifestations à des douleurs que l’on ne penserait pas, de prime abord, liées à des émotions: «Les problèmes d’estomac sont souvent liés aux problèmes familiaux, ceux du foie à la colère, chaque vertèbre correspond à une émotion», énumère l’ostéopathe, pour qui l’étude finlandaise a le mérite de «reconnaître l’influence des émotions sur les troubles psychosomatiques».

Un premier pas vers une reconnaissance scientifique de l’effet du psychologique sur le corporel? «L’intérêt de cette étude est de pouvoir détecter par le corps des problèmes dont les gens n’ont pas toujours la possibilité ou l’envie de verbaliser», estime l’ostéopathe. Réconcilier le corps et l’esprit, le champ d’étude est encore vaste pour les scientifiques.

Commenter cet article