Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img1.topsante.com/var/topsante/storage/images/medecine/medecine-divers/environnement-et-sante/pourquoi-les-hommes-ont-ils-un-nez-plus-long-que-les-femmes-50835/443417-1-fre-FR/Pourquoi-les-hommes-ont-ils-un-nez-plus-long-que-les-femmes_exact441x300.jpg

 

Chaque nez est unique par sa taille et sa forme mais, d’après les scientifiques, ceux des hommes se développent de manière disproportionnée et sont plus grands que ceux des femmes.

 

Le nez des hommes est 10% plus grand que le nez des femmes, d’après une étude de l'Université de l'Iowa (Etats-Unis). Cela s’explique par une raison scientifique très précise : les hommes ont besoin de respirer plus d’oxygène pour alimenter leur masse musculaire que les femmes.

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont étudié la croissance du visage de 38 personnes à partir de leurs trois ans et jusqu'à leurs vingt ans. Ils ont découvert que c'est aux alentours de 11 ans que les filles et les garçons commencent à montrer cette différence de grandeur de nez.  C’est aussi à cet âge que les hommes commencent à développer leur masse musculaire maigre, et les jeunes filles à augmenter  leur masse grasse.

 

Un plus grand nez pour respirer plus d’oxygène
« On a beaucoup discuté dans la littérature scientifique de cette différence de taille de nez, mais c'est la première étude à examiner le rapport entre  la taille du nez et  la taille du corps chez les hommes et les femmes.»  explique Nathan Holton , professeur adjoint de médecine dentaire et principal auteur de l'étude. "Nous avons montré que l'augmentation de la taille du corps chez les hommes pendant leur préadolescence stimulait une augmentation disproportionnée de la taille de leur nez. Ce phénomène suit la même tendance que les variables dynamiques telles que la consommation d’oxygène, et les besoins énergétiques quotidiens pendant la croissance. »

 

«Le nez n’est donc pas seulement un ornement du  visage, mais plutôt une extension de nos poumons », conclue le professeur.


Cette étude a été publiée dans l'American Journal of Physical Anthropology.

 

Lu sur

Commenter cet article