Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.achats-industriels.com/dossiers/images2007/energie-solaire-espagne.jpg

 

Après les toitures et les prairies, les panneaux solaires pourraient bientôt tapisser... les lacs et les étangs. Sous le soleil provençal de Piolenc (Vaucluse), commune viticole de 5 000 âmes, la société nordiste Ciel et Terre vient de déposer un permis de construire pour couvrir de 120 000 m2 de cellules photovoltaïques un plan d'eau de 50 hectares. Une première. Sur le papier, cette centrale flottante affiche une puissance de 12 mégawatts (MW) et une capacité de production de 16 000 mégawattheures par an. Plus de deux fois la consommation de Piolenc.

 

Pourquoi diable faire prendre l'eau à l'énergie solaire ? "L'espace disponible est très rare : le gouvernement veut éviter l'utilisation des terres agricoles, déjà grignotées par les routes et l'urbanisation, les espaces naturels sont intouchables : il faut chercher des alternatives", explique Bernard Prouvost, dirigeant de Ciel et Terre. Pour la société, l'avenir est dans les lacs : bassins de carrières, retenues de barrages, piscicultures, stations d'épuration... La société étudie quatre autres projets en France, d'une puissance totale de 35 MW.

Pour l'heure, seul un prototype de 150 m2, hérissé de 64 panneaux photovoltaïques, flotte au milieu du bassin de Piolenc, module de base du futur radeau solaire. La structure de métal et de plastique, brevetée, est "démontable et recyclable", souligne M. Prouvost. L'archipel de 40 000 modules photovoltaïques, de transformateurs et d'onduleurs devra encaisser un vent puissant, des vagues et des variations de plusieurs mètres dans ce lac creusé au bord du Rhône, dont il absorbe les crues.

 

Un pari pour la commune de Piolenc

Quid de la vie lacustre, une fois psé ce couvercle ? "Le dispositif est placé au centre du bassin, à bonne distance de la faune qui se développe dans les roselières, sur les berges", assure M. Prouvost. Surtout, la biodiversité serait limitée dans ce lac de carrière d'où l'on extrait encore quantité de graviers.

Pêcheurs, rameurs et promeneurs n'ont pas plus à se plaindre, selon la municipalité : "Un autre lac de carrière a déjà été aménagé en base de loisirs", explique le maire, Louis Driey. De l'éclairage public aux éoliennes, cet écologiste divers droite a engagé sa commune dans le combat des économies d'énergie et des énergies renouvelables. "La ville soutient fermement le projet, et la demande de permis a été précédée d'un gros travail avec les services de l'Etat", insiste l'élu. La commune joue gros : sa convention avec Ciel et Terre doit lui rapporter, dès raccordement de la centrale au réseau, pas moins de 800 000 euros.

Mais plus que le permis de construire, c'est l'avenir de la filière solaire française qui fait peser l'incertitude sur cet investissement de 35 millions d'euros. Les projets de plus de 100 kW sont désormais soumis à des appels d'offres de l'Etat, annoncés pour l'été. Rien ne garantit que les centrales lacustres seront compétitives...

 

 

Grégoire Allix

Commenter cet article