Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

oOkIJjWYq

 

 

On pensait que seuls des organismes unicellulaires comme les bactéries avaient la capacité de prospérer dans les entrailles de la Terre. Une équipe internationale vient de découvrir que des fractures dans des roches, à des profondeurs allant jusqu'à 3,6 km, peuvent abriter des écosystèmes bien plus complexes, comprenant des êtres pluricellulaires : des vers nématodes. Ceux-ci sont un peu les rois de cette jungle souterraine, broutant sans états d'âme les "biofilms" constitués de couches de bactéries couvrant les veines aquifères.

 

Ces vers ont été trouvés dans diverses mines d'Afrique du Sud par Gaetan Borgonie (université de Gand, Belgique) et ses collègues. Ils présentent dans la revue Nature du 2 juin une nouvelle espèce, Halicephalobus mephisto, ainsi baptisé en référence à Mephistophélès, "celui qui n'aime pas la lumière, le maître de l'inframonde", rappellent-ils.

 

H. mephisto a été trouvé dans de l'eau expulsée lors d'un forage dans le puits n° 3, niveau 26, corridor 28, de la mine d'or Beatrix, à 1,9 km de profondeur. Long de 0,55 millimètre, il vit dans de l'eau au pH basique, à 37 °C, pauvre en oxygène dissous. Les chercheurs ont calculé que 10 000 bactéries par jour suffisent à ses besoins nutritionnels. Il se reproduit par parthénogenèse, c'est-à-dire de façon asexuée. Ses découvreurs estiment que leur trouvaille peut relancer la quête de formes de vie souterraines sur Terre, mais aussi sur la planète Mars.

Hervé Morin

Commenter cet article