Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Jan Schroers a découvert de nouveaux métaux facilement malléables. Yale University)

Une équipe de l’Université de Yale a mis au point un alliage présentant la solidité du métal et la souplesse du plastique.

La recherche en matériaux avait un Graal : obtenir une matière qui pourrait être moulée en formes complexes avec la même facilité que le plastique et qui possède également  la solidité et la durabilité du métal. une équipe dirigée par Jan Schroers, un spécialiste des matériaux à l'Université Yale, a montré que certains verres métalliques massifs (BMGS) peuvent être moulés par soufflage comme le plastique sans sacrifier la solidité ou la durabilité qu’offre de métal.

Ces BMGS sont des matériaux récents composés d’alliages de métaux dans lesquels les atomes sont disposés au hasard, par opposition à la structure cristalline dans les métaux ordinaires. « Ces alliages ressemblent métal ordinaire, mais peuvent être moulés par soufflage aussi bon marché et aussi facilement que du plastique, » a déclaré Jan Schroers dans la revue Materials today.

Jusqu'à présent, l'équipe a créé un certain nombre de formes complexes, y compris des bouteilles métalliques sans soudure, des structures de montres,des résonateurs miniatures et des implants biomédicaux qui peuvent être moulés en moins d'une minute et sont deux fois plus résistant que l'acier typique.

Le coût des matériaux est à peu près le même que l'acier haut de gamme, explique Jan Schroers, mais ils peuvent être traités au même prix avantageux que le plastique. Les alliages sont constitués de différents métaux, de zirconium, de nickel, de titane et de cuivre.

« Cela pourrait donner naissance à un nouveau paradigme pour le façonnage des métaux, » s’enthousiasme le chercheur. « Les propriétés supérieures des BMGS par rapport aux matières plastiques et aux métaux typiques ont un potentiel d'impact sur la société tout aussi important  que le développement des matières plastiques synthétiques et de leurs méthodes de traitement associées au siècle dernier » conclut-il.

J.I.
Sciences et Avenir.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Némo 11/03/2011 11:37


Très intéressent !