Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://destinationsante.com/wp-content/uploads/2014/02/tabac.jpg

 

Non, le fait de fumer ne procure aucun effet bénéfique au niveau de la santé mentale ! Selon un travail publié dans le British Journal of Medicine (BMJ), le sevrage tabagique améliorerait d’ailleurs l’humeur générale des ex-fumeurs. Et parmi les accros au tabac souffrant de troubles dépressifs, l’abandon de la cigarette serait aussi – voire plus – efficace que la prise d’un antidépresseur !


Le Pr Gemma Taylor et son équipe de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni ont conduit une méta-analyse compilant les données de 26 études. Ces dernières visaient notamment à évaluer la santé mentale de personnes, avant qu’elles n’arrêtent de fumer. Puis juste après le sevrage. Parmi les cohortes, certaines comportaient des populations présentant des troubles psychiatriques.

Les auteurs ont ainsi mis en évidence une nette amélioration de la santé mentale parmi tous les ex-fumeurs, six mois après l’arrêt. De la même façon, les patients souffrant de problèmes psychiques ont vu leurs symptômes considérablement s’améliorer.

 

Des bénéfices pour la tête mais pas seulement…

Pour Gemma Taylor, ces résultats, « pourraient permettre aux professionnels de santé d’intervenir de manière plus efficace auprès des fumeurs présentant des troubles mentaux. Ils constituent également un bon moyen pour mettre à mal l’hypothèse selon laquelle le tabagisme agirait de manière efficace au niveau psychologique ». Un argument de poids pour motiver davantage les fumeurs à se débarrasser de leur addiction.

Bien entendu, les bénéfices à l’arrêt du tabac sont bien plus larges. Notamment au niveau de la santé pulmonaire et cardiovasculaire. Les premiers effets interviennent très rapidement. Quelques exemples : en 24 heures, le monoxyde de carbone est éliminé du sang. Au bout d’une semaine, la respiration devient plus facile. Le goût revient et l’odorat s’affine. Après un mois, la toux disparaît, le teint est moins gris et c’est le retour à une certaine vigueur sexuelle.

  • Source : British Medical Journal, 13 février 2014

Commenter cet article