Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/th%e9rapie-g%e9nique/une-therapie-genique-a-permis-de-traiter-certaines-maladies-de-la-retine-dues-a-des-genes-defaillants_60341_w460.jpg

 

Des chercheurs américains ont créé un nouveau virus qui permet, en quelques minutes et de façon non invasive, de fournir des gènes opérationnels à des cellules rétiniennes génétiquement défectueuses, et de traiter ainsi des maladies comme la rétinite pigmentaire.

 

Au cours des six dernières années, plusieurs équipes de scientifiques ont traité avec succès des patients atteints de rétinite pigmentaire ou de dégénérescence maculaire - des maladies ophtalmiques héréditaires - grâce à une nouvelle thérapie génique. Celle-ci consiste à injecter directement dans leurs yeux un virus chargé de transporter un gène 'normal' qui va remplacer, dans la rétine, le gène défectueux responsable de la maladie. La méthode est cependant invasive et sa portée limitée.

 

"Utiliser une aiguille à travers la rétine et injecter derrière celle-ci du virus issu d'ingénierie est une intervention chirurgicale risquée. Mais les médecins n'avaient pas le choix, car aucun virus de transfert de gènes ne pouvait parcourir tout le chemin [à faire] à l'arrière de l'oeil pour atteindre les photorécepteurs - les cellules sensibles à la lumière qui ont besoin du gène thérapeutique", a expliqué le Pr David Schaffer, de l'Université de Californie à Berkeley.

 

Cependant, en 14 ans de recherche, ce spécialiste et son équipe ont généré environ 100 millions de variantes de virus transporteurs, dont 5 ont été retenues. Récemment, ils ont utilisé le meilleur de ces virus, baptisé 7M8, pour transporter des gènes dans l'oeil de rongeurs et de singes malades. Injecté dans l'humeur vitrée, le virus génétiquement modifié a réussi, à chaque essai, à atteindre toutes les zones de la rétine et à y restaurer un fonctionnement presque normal.

"[Cette technique] fournit des gènes même à une population de cellules délicates difficile à atteindre, d'une manière chirurgicalement non- invasive et sûre. Il s'agit d'une procédure de 15 minutes, et [le patient] a toutes (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article