Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Une nouvelle vidéo, tournée au zoo de Cincinnati dans l'Ohio met en évidence le succès d'une expérience de jumelage entre un guépard nommé Savannah et un labrador baptisé Max. On y voit les deux comparses s'amuser à se poursuivre dans la neige fraichement tombée.

 

 

Jouer tout seul c'est bien, jouer à deux c'est mieux. Une vidéo publiée récemment dévoile un guépard profitant de la neige fraichement tombée pour s'adonner à une course poursuite avec son ami... le chien. Cette incroyable séquence émotion été immortalisée dans l'enceinte du zoo de Cincinnati dans l'Ohio.

 

C'est au coeur de ce parc animalier que le félin baptisé Savannah a grandi en compagnie du labrador Max. Au fil du temps, une complicité singulière s'est construite entre les deux comparses. Les marques d'affection sont même fréquentes chez ces partenaires de jeu qui se plaisent à se taquiner mutuellement. Savannah est née au zoo en juin 2012. Elle et Max ont été mis ensemble trois mois plus tard. 

 

"Les chiens et les guépards sont très similaires, les deux animaux vont grandir ensemble, Max sera un bon partenaire de jeu" avait prédit lors de leur première rencontre, les dirigeants du zoo. A en juger cette dernière démonstration filmée près d'un an et demi plus tard, ils avaient vu juste. Au plus grand plaisir de tout ceux qui viennent regarder les deux amis jouer avec enthousiasme.

 

Un jumelage fréquent

Cette expérience n'est pas la première en son genre. Les parcs animaliers entreprennent régulièrement ce genre de jumelage pour assurer le bon développement des félins. Selon une journaliste du Cesar's Way, revue spécialisée sur l'actualité canine, le processus est engagé lorsque les guépards atteignent les trois mois. Généralement, les félins se voient affiliés à un chien de six mois présentant d'excellentes dispositions pour ce genre de cohabitation.

Le protocole consiste à habituer progressivement chacun des (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article