Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Des travaux d'élargissement de la route panaméricaine, au Chili, ont permis à une équipe de paléontologues de redécouvrir au milieu du désert d'Atacama un gisement d'ossements fossilisés de baleines préhistoriques vieux de 6 à 9 millions d'années.

 

 

 

Le désert chilien d'Atacama réserve bien des surprises. Depuis les années 1970, les populations locales parlent d'un important gisement d'ossements fossilisés de baleine mais ce n'est que depuis 2010 que ce trésor a obtenu une réelle valeur scientifique. En 2011, une équipe de paléontologues a excavé les ossements de 40 cétacés âgés entre 6 et 9 millions d'années.

 

Les squelettes ont été retrouvés suite à des travaux d'élargissement de la route panaméricaine dans le nord du Chili. Les fouilles ont été effectuées dans les plus brefs délais. En deux semaines seulement, les paléontologues sont parvenus à effectuer intégralement le scan 3D du site grand comme deux terrains de football et ont excavé de nombreux os. Les fossiles ont désormais rejoint pour la plupart les musées.

Après leur découverte, les chercheurs se sont bien sûr demandés comment les carcasses de ces animaux marins avaient pu échouer jusqu'à ce point du globe. Aujourd'hui, cette énigme est sur le point d'être résolue. 

 

Mortes empoisonnées ?

Grâce aux précieuses données obtenues, les chercheurs ont pu identifier quatre périodes distinctes au cours desquelles les baleines se sont échouées. Ces époques sont séparées entre elles de quelques milliers d'années. La position dans laquelle les squelettes ont été retrouvés, à savoir le dos face au sol, laissent à penser que la cause de la mort est la même pour les cétacés. Ceux-ci seraient décédés après avoir ingéré une algue toxique.

A l'époque cette partie du désert était bordée d'une côte. La configuration de celle-ci a entrainé les cadavres de baleines à venir s'y échouer après s'être retrouvés coincés dans un delta puis avoir été portés par (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article