Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/cr%e2ne/le-crane-deforme-appartient-a-une-femme-de-haut-rang-dont-la-tete-a-ete-compresse-volontairement-alors-qu-elle-etait-enfant-une-pratique-courante-de-l-epoque_63801_w250.jpg

 

Le crâne volontairement allongé par déformation d'une femme de haut rang datant de l'époque mérovingienne a été retrouvé sur un site de fouille à Obernai, en Alsace.

 

 

Parmi les nombreux artéfacts et restes humains retrouvés à Obernai, en Alsace, une équipe de chercheurs a mis en évidence l'étrange crâne d'une femme de haut rang datant du Ve siècle. La découverte a été réalisée au cours de fouilles dirigées par l'Institut National de Recherche Archéologiques Préventives (Inrap), dans le cadre de l'aménagement d'un Parc d'activités économiques à Sainte-Odile.

Le site archéologique s'étend sur plus de 7,5 hectares et recèlent des vestiges laissés par les sociétés néolithique, gauloise, gallo-romaine, et mérovingienne qui se sont succédé durant près de 6.000 ans. Le curieux crâne est, selon l'archéologue Philippe Lefranc, un exemplaire assez rare datant de l'époque mérovingienne (située entre le Ve et le VIIIe siècle). A l'heure actuelle, seuls quelques dizaines de ce type ont été retrouvés en Europe.

 

Une pratique commune

L'ossement témoigne d'une élite cherchant à se différencier par son aspect physique car en effet, l'allongement a été volontairement provoqué par une déformation du crâne. A l'époque, les personnes de haut rang bandaient dès la naissance le crâne de leur enfant avec des liens et des planchettes afin de le comprimer dans le sens antéro-postérieur.

Cette pratique était assez courante en Europe ainsi qu'en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud. " De telles sépultures, habituellement isolées, ont été découvertes en Gaule du Nord, en Germanie et en Europe orientale. Elles comprennent souvent un mobilier très riche. Elles seraient donc des sépultures de hauts dignitaires et de leur famille, d'origine orientale, incorporés dans l'armée romaine au temps de 'grandes migrations' " explique l'Inrap dans un communiqué.

 

18 tombes dénichées

Les restes de la femme ont été retrouvés dans une nécropole contenant 18 tombes orientées ouest-est, selon la tradition. Outre les ossements, la sépulture contenait de nombreux objets de valeurs comme des épingles en or, un miroir en argent, plusieurs grandes perles de verre coloré et d’ambre, un nécessaire de toilette (pince et cure-oreille) et deux chaînes suspendues autrefois à la ceinture appelées châtelaines.

 

Pour l’Inrap, "la nécropole d’Obernai est un des rares ensembles importants découverts en France". "Elle témoigne pour la première fois de l’installation prolongée d’une communauté orientale en Alsace à la fin de l’Empire romain", conclut l’Institut.

 

Copyright © Gentside Découverte
Lire la suite sur maxisciences.com


Commenter cet article