Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Des chercheurs sont parvenus à récupérer cinq petits poissons dans des profondeurs record, au large des côtes de la Nouvelle-Zélande. Cette découverte devrait leur apporter de nouvelles informations sur la profondeur à laquelle les poissons peuvent survivre.

 

 

 

À première vue, ils ressemblent à un paquet d'organes entouré de cellophane. Pourtant, ces cinq Pseudoliparis amblystomopsis, des poissons des grandes profondeurs, sont un peu plus que cela. Ce sont les seuls poissons qui parviennent à survivre à sept kilomètres au fond de la mer.

Ces spécimens ont été récupérés par des scientifiques britanniques, américains et néo-zélandais qui décrivent aujourd'hui leur prise exceptionnelle dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Et faire une telle prise n'a pas été évidente puisqu'il a fallu plonger jusqu'à sept kilomètres de fond, au large des côtes de la Nouvelle-Zélande.

 

Une prise délicate

Habitués à vivre largement en-dessous de leurs congénères, les Pseudoliparis sont presque transparents et ne possèdent pratiquement pas de pigmentation. La raison ? À sept kilomètres de profondeur, la lumière est quasiment absente, d'où leur couleur blanchâtre. Selon Ashley Rowden, co-auteur de l'étude repris par le Greenfield Reporter, personne n'a été en mesure d'attraper un P. amblystomopsis depuis près de 60 ans.

C'est donc avec une certains appréhension que les chercheurs ont descendu un piège en forme de boîte dans la fosse des Kermadec, fin 2011. Prévoyants, ils avaient tout de même inséré des morceaux de maquereaux dans le piège, afin de servir d'appâts aux petites créatures de sable dont les Pseudoliparis se nourrissent. "Lorsque nous avons relevé le piège, c'était magnifique. On s'est dit : 'Ça y est, nous avons le poisson, et nous en avons plus d'un !'", s'enthousiasme Ashley Rowden. 

 

Prudente, la biologiste sous-marine du National Institute of Water and Atmospheric Research (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

 

Commenter cet article