Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Un requin blanc porteur d'une balise satellite a soudainement disparu et les chercheurs n'ont retrouvé que l'appareil portatif en question. Les données indiquent que le squale s'est fait dévorer, mais qui peut bien engloutir un grand requin blanc de trois mètres de long ?

 

 

Un meurtre des profondeurs agite la communauté scientifique : qui en voulait au requin alpha au point de lui faire la peau ? Le squale en question avait été marqué en 2004 par des chercheurs afin d'en apprendre plus sur les migrations des grands requins blancs. Hélas, sa balise satellite a été retrouvée quatre mois plus tard sur une plage australienne. D'après Gizmodo, l'appareil était encore en état de livrer les informations nécessaires à l'identification du coupable. Les scientifiques sont aujourd'hui en mesure d'expliquer la mystérieuse disparition du grand blanc, et l'histoire n'a rien de très rassurant !  

 

Une question de température et de mouvements 

Il a d'abord fallu comprendre ce qu'il était arrivé au requin. La balise s'est-elle tout simplement détachée ou le prédateur a-t-il connu une fin aussi tragique que prématurée ? Les données montrent qu'il a plongé brusquement jusqu'à 580 mètres de profondeur. La température ambiante est alors passée de 7,8 degrés à plus de 25 degrés. D'après les chercheurs du Smithsonian Institute, cette dernière température ne peut correspondre qu'à l'intérieur du ventre d'un animal vivant.  Le requin alpha s'est donc fait dévorer.

Le monde des océans est cruel, mais de là à voir un requin blanc de trois mètres servir de vulgaire casse-croûte... La balise a continué à enregistrer les mouvements et la vitesse du mystérieux assassin. Il arrive parfois que les orques mangent des requins blancs, mais cette piste n'est pas la bonne. La température et les déplacements correspondent en effet à ceux... d'un requin blanc encore plus grand ! 

Un "super-prédateur" de 5 (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article