Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Coupée du monde depuis 53 ans, une plante est parvenue à grandir dans une bouteille hermétiquement fermée en créant son propre micro écosystème. 

 

 

 

Incroyable mais vrai. David Latimer, un Britannique de 80 ans, est parvenu au cours de son existence à créer un véritable écosystème à l'intérieur d'un récipient fermé hermétiquement. L'initiative remonte à 1960. A cette époque, l'homme à la main verte décide de planter dans une bouteille transparente de 38 litres une plante herbacée du genre Tradescantia. En 1972, il l'arrose pour la dernière fois avant de sceller l'énorme flacon.

 

Durant ces 40 dernières années, la plante a grandi à l'intérieur de cet espace, complètement isolée du monde extérieur. La seule intervention à laquelle elle est soumise est celle de son propriétaire qui tourne de temps en temps la bouteille pour uniformiser l'exposition au soleil. "Sinon, c'est la définition même d'un entretien minimal. Je ne l'ai jamais taillée, la plante semble s'être développée avec pour seule limite, les parois de la bouteille" confie David Latimer au Dailymail.

Mais comment une plante parvient-elle à survivre durant tout ce temps sans apport en eau ni nutriments ? A cette question, le Britannique répond en invoquant le micro écosystème créé à l'intérieur de la bombonne.

 

Le cycle de l'eau dans une bouteille

Bien qu'elle soit confinée dans le récipient transparent, la plante peut en effet réaliser la photosynthèse grâce à la lumière du soleil. Cette réaction lui permet de produire l'énergie nécessaire à son développement. Les nutriments, provenant des feuilles mortes qui pourrissent au fond de la bouteille représentent également une source d'énergie. Quant à l'eau, elle est constamment recyclée.

 

Absorbée par les racines de la plante, elle est ensuite libérée dans l'air contenu à l'intérieur de la bouteille, lors de la transpiration. L'humidité ambiante, accentuée également par la (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article