Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img1.mxstatic.com/m%e9moire/illustration_30221_w460.jpg

 

 

Des chercheurs américains indiquent avoir testé avec succès un système permettant d’activer et de désactiver la mémoire. Evalué sur les rats, ce procédé pourrait permettre, à terme, d’aider les personnes atteintes de démence ou de traumatismes cérébraux.


Des scientifiques biologistes américains, en collaboration avec les chercheurs du département de physiologie et de pharmacologie de l'Université de Wake Forest (Caroline du nord) ont mis au point un "interrupteur de mémoire ". En travaillant sur l’hippocampe de rats de laboratoire, cette zone du cerveau responsable de la mémorisation, les chercheurs ont réussi à manipuler les rongeurs via une prothèse cérébrale. Grâce à celle-ci, il a été possible de réactiver des souvenirs éliminés de leur mémoire suite à la prise de médicaments. "Allumez l'interrupteur et les rats se souviennent. Eteignez-le et les rats oublient", résume Theodore Berger.

 

Les chercheurs, pour parvenir à ce résultat, ont dû étudier les signaux qui circulaient entre les régions CA3 et CA1 de l’hippocampe. En effet, c’est cette communication qui autorise la conversion de la mémoire à court terme en mémoire à long terme. En parallèle, des rats recevaient une récompense en actionnant un levier. Au fil du temps, les rats ont assimilé le fonctionnement et l’ont enregistré dans leur mémoire à long terme.

 

Les scientifiques ont alors donné une substance aux rongeurs pour couper la communication entre les deux aires cérébrales, de façon à leur faire oublier leurs acquis. Ils ont alors testé un appareil électronique qui, implanté dans les cortex des rats, a permis de reproduire les signaux transmis entre les deux régions. La mémoire est alors revenue. Ce n’est pas tout, selon l’étude publiée par le Journal of Neural Engineering, si l’appareil a redonné la mémoire aux animaux testés lorsqu’il a été utilisé sur des rats normaux, "l'appareil a permis d'améliorer leur capacité mémorielle".

TV5monde indique que la prochaine étape consistera à reproduire les tests sur des singes de façon à pouvoir, dans un avenir proche, aider les humains souffrant de troubles de la mémoire dus à la démence, à une attaque cérébrale ou à un traumatisme.

Commenter cet article