Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://l.yimg.com/bt/api/res/1.2/qF3p1Vubrwo6yTx976JFMw--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Zmk9aW5zZXQ7aD0xNDE7cT04NTt3PTI1MA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/maxisciences/au-centre-noah-s-ark-en-georgie-l-ours-baloo-le-lion-leo-et-le-tigre-shere-khan-sont-devenus-inseparables_62569_w250.jpg

 

Aux Etats-Unis, le centre Noah's Ark qui recueille des animaux est depuis plusieurs années, le témoin d'une amitié inhabituelle entre un lion, un tigre du Bengale et un ours noir, devenus inséparables.

 

 

L'histoire est digne d'un film de Walt Disney et pourtant, bon nombre de visiteurs ont pu le constater, elle est bien réelle. C'est au centre Noah's Ark située en Georgie aux Etats-Unis que l'histoire se déroule. Cette organisation a pour but de recueillir et prendre soin d'animaux orphelins, abandonnés ou maltraités. Aujourd'hui, elle en décompte ainsi plus de 1.200 parmi lesquels figurent des animaux exotiques, domestiques et même sauvages.

 

Mais trois des pensionnaires du centre attirent particulièrement l'attention. La raison ? Leur amitié inhabituelle. En effet, dans le même enclos, se trouvent un lion, un tigre et un ours noir qui passent leurs journées à jouer ensemble. Tout a commencé il y a 12 ans, lorsque les animaux ont été recueillis par le centre, après avoir été confisqués à un trafiquant de drogues qui gardait illégalement des animaux exotiques et les maltraitait. 

 

"C'était encore des bébés, ils étaient nourris au biberon" et avaient à peine deux mois, se souvient Kandi Allen du Noah's Ark. "Ils avaient tous des problèmes de santé", ajoute Allison Hedgecoth. "Leo, le lion avait une grosse plaie sur le nez. Baloo, l'ours avait un harnais que ses propriétaires n'avaient pas desserré au fur et à mesure qu'il grandissait, donc le harnais s'était incrusté dans sa peau et a dû être retiré chirurgicalement", ajoute t-elle. 

 

12 ans sans conflit

Quand les animaux ont été recueillis, ils ont été soignés puis naturellement placés dans des enclos séparés. Les équipes du centre pensaient ainsi éviter que les trois se battent mais c'est tout le contraire qui s'est produit. Durant la phase de séparation, elles ont constaté que les animaux étaient peu coopératifs, se (...)
Lire la suite sur maxisciences.com



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article