Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

A Nags Head, en Caroline du Nord, des promeneurs ont pu observer un Alepisaurus ferox, une espèce de poisson très rare. Il est notamment connu pour son apparence plutôt effrayante et sa tendance à se nourrir de ses congénères. 

 

 

Avec sa large gueule armée de crocs acérés et son épine dorsale déchiquetée, l'Alepisaurus ferox n'est pas un poisson que vous aimeriez croiser lors de vos baignades estivales. De toute manière, celui que l'on surnomme 'poisson cannibale' vit au grand large, jusqu'à près de 2.000 mètres de profondeur. Mais à Nags Head, en Caroline du Nord, des promeneurs ont eu la surprise de tomber nez à nez avec un spécimen vivant de cet étrange poisson.

Souvent qualifié de monstrueux, terrifiant ou effrayant, l'Alepisaurus n'a en effet pas une allure très sympathique. Comme son nom latin l'indique, la peau de ce poisson n'est pas couverte d'écailles, mais de pores. Il peut atteindre 2 mètres de long à l'âge adulte, et son épine dorsale pointue peut courir sur presque toute la longueur de son corps.

Sa réputation n'arrange rien : ce poisson est particulièrement connu pour son régime alimentaire, constitué de calmars, crustacés, petits poissons et ... de ses congénères. Ce comportement a été observé chez quelques espèces de la famille des Alepisauridés, mais le mode de vie de ces poissons est encore peu connu.

 

Un poisson rare mais peu menacé par l'homme

Bien que fréquemment attrapés par des pêcheurs de thons de manière accidentelle, les Alepisaurus ne sont pas directement menacés par l'industrie de la pêche, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Leur chair ne représente de toute façon pas un grand intérêt commercial pour l'Homme.

 

Les muscles de ces poissons contiennent en effet une grande quantité d'eau, ce qui rend leur chair molle et pâteuse. Selon LiveScience, les pêcheurs les utiliseraient même comme 'poissons déchets', servant à (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article