Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

À 7.300 années-lumière de la Terre, un groupe de jeunes étoiles brûlantes est responsable de la teinte rouge rosée prise par le nuage d'hydrogène Gum 41. Ces fantastiques images ont été capturées par le télescope La Silla au Chili.

 

 

 

Cette nébuleuse rougirait-elle sous le regard du télescope La Silla ? Ou plutôt sous l'effet d'un groupe d'étoiles ? La région de la Constellation du Centaure abrite de nombreuses nébuleuses très brillantes, entourées d'étoiles nouvelles-nées brûlantes qui se forment à partir des nuages d'hydrogène. Et Gum 41 n'échappe pas à la règle ! Sollicitée par les jeunes étoiles environnantes, la jeune nébuleuse ne peut s'empêcher de rosir.

 

Les clichés ont été capturés par le télescope La Silla, situé au Chili, et ont été publiés cette semaine par l'Observatoire européen australe (ESO). Mais, alors, comment Gum 41 a-t-il obtenu cette teinte particulière ? Les radiations intenses émises par les jeunes étoiles stimulent les particules d'hydrogène environnantes, explique l'ESO. Résultat, le gaz se met à briller de cette teinte rouge typique des régions fécondes en étoiles.

 

"Sur cette photo de Gum 41, les nuages semblent assez épais et brillants, mais, en réalité c'est très trompeur. Si un voyageur spatial hypothétique pouvait passez à travers cette nébuleuse, il est probable qu'il ne la verrait pas de cette manière. Sa luminosité serait trop faible pour être perçue par l'oeil humain", détaille l'ESO dans un communiqué.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Gum 41 n'a été découverte qu'au milieu du 20ème siècle, car elle émet très peu de lumière et son rayonnement rosé n'est pas clairement visible.

 

Le meilleur portrait

Gum 41 a été découverte par l'astronome australien Colin Gum, en 1955. Située à environ 7.300 années-lumière de la Terre, la nébuleuse a été repérée sur des photos prises par l'Observatoire du Mont Stromlo, près de Canberra. Gum (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article