Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Des scientifiques de la NASA ont étudié l'anatomie des gouttes de pluie. Ils révèlent dans une vidéo que celles-ci sont loin d'avoir la forme que la culture populaire leur attribue.

 

 

A quoi ressemblent les gouttes de pluie ? A des larmes, répondraient bon nombre d'entre nous... Et pourtant, ce n'est pas du tout le cas ! Lorsqu'elles tombent, les gouttes de pluie n'ont pas du tout la même forme que les gouttes qui s'échappent de nos yeux. Une méprise populaire que des scientifiques de la NASA contredisent dans une nouvelle vidéo, décrivant l'anatomie réelle des gouttes.

 

"Tous les schémas qui montrent des gouttes de pluie ressemblant à des larmes sont faux", explique Chris Kidd, chercheur de la NASA et de l'Université du Maryland, participant à la mission Global Precipitation Measurement (GPM). En vérité, les gouttes de pluie auraient plutôt la forme d'un pain de hamburger, ceci à cause des forces qui s'exercent sur elles lorsqu'elles tombent du ciel.

 

De petites boules devenues hamburger

Dans la haute atmosphère, les gouttes ressemblent à des petites boules d'eau. Ceci est du à la tension de surface existant entre les molécules d'eau, qui les poussent à s'amasser sous une forme sphérique. En grossissant, les gouttes deviennent plus lourdes et commencent à tomber dans l'air. Sur leur chemin, elles rencontrent alors d'autres gouttes avec lesquelles elles s'agrègent.

 

De ce fait, elles deviennent encore plus grosses, donc plus lourdes et se mettent à tomber plus rapidement. Cette accélération provoque une augmentation des forces de frottement exercées par l'air sur la goutte. Celles-ci repoussent la goutte vers le haut et ont pour effet de déformer sa base. La boule d'eau s'aplatit prenant un aspect de haricot bombé ou de pain de hamburger. 

 

Au fur et à mesure que la goutte continue de tomber et grossir, la tension de surface entre les molécules d'eau va devenir trop faible (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article