Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Des usagers de Google Maps ont récemment découvert une drôle de structure dans le désert du Sahara en Egypte. Rappelant un peu les fameux crop circles, elle ne cesse d'intriguer alors que son origine est bien connue.

 

 

 

Certains y ont vu un monument antique érigé pour une divinité bienveillante, d'autres au contraire ont évoqué une rampe d'atterrissage pour un vaisseau extraterrestre ou encore un portail spatio-temporel. Ce sont des amateurs de Google Maps qui ont repéré cet édifice dans le désert du Sahara oriental en Egypte. Il s'agit d'une sorte de spirale formée de disques plus ou moins larges, creusés ou au contraire en dôme.

 

Au centre, se trouve également un dôme plus large, au sommet coupé. Depuis sa redécouverte, cet édifice a fait parler de lui à bien des égards, suscitant les hypothèses les plus folles quant à son origine et l'identité de ses concepteurs. Désormais, le mystère est levé : on sait qu'il s'agit en réalité d'une oeuvre d'art, construite à cet endroit en 1997. Depuis ce jour, elle a été quelque peu oubliée bien qu'elle résiste tant bien que mal aux aléas du climat et du temps.

Baptisée "Desert Breath", l'installation est un projet de Land Art imaginé par DAST Arteam. Le collectif a été fondé en 1995 pour rassembler les compétences de trois femmes, Danae Stratou, sculpteuse, Alexandra Stratou, designer industriel et Stella Constantinides, architecte. La mise en commun de leurs ressources a permis au projet de voir le jour et de s'imposer à long terme comme le témoignage des vertus du désert, un endroit ou un état d'esprit où l'on éprouve l'infini.

 

8 000 mètres cubes de sable

Desert Breath prend la forme d'une immense sculpture. Développée à El Gouna, en bordure de la mer Rouge, elle a nécessité le déplacement de plus de plus de 8.000 mètres cube de sable. D'après la description faite, elle se compose d'un ensemble de volumes coniques en relief positif ou négatif, (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article