Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/dauphin/les-dauphins-a-bosse-qui-evoluent-au-large-des-cotes-nord-de-l-australie-appartiennent-a-une-nouvelle-espece_63536_w460.jpg

 

Une nouvelle espèce de dauphins vient d'être découverte en Australie. Les scientifiques ont distingué cette espèce des autres en étudiant les crânes et le génome de ces mammifères marins.


Les dauphins ont beau figuré parmi les animaux les plus étudiés et observés, il semblerait qu'on ne connaisse pas encore toutes les espèces existant sur Terre. Au large de Melbourne en Australie, des scientifiques en ont identifié une qui était jusqu'ici inconnue. Une espèce de dauphin à bosse appartenant au genre Sousa. Ces cétacés évoluent dans les estuaires et les eaux côtières des océans Indien, Pacifique et est-Atlantique. 

 

La répartition géographique de l'animal étant vaste, les scientifiques estimaient que certains groupes s'étaient isolés et avaient évolué, aboutissant à la création d'espèces distinctes. Depuis plusieurs années, les chercheurs avaient réussi à en identifier trois différentes : le dauphin à bosse de l'océan Indien (Sousa plumbea), le dauphin à bosse de l'Indo-Pacifique ou dauphin blanc de Chine (Sousa Chinensis) et le dauphin à bosse de l'Atlantique ou dauphin du Cameroun (Sousa teuszii).

 

Une 4e espèce distincte

Mais il semblerait qu'il en existe une quatrième selon l'étude parue dans la revue Molecular biology. Le groupe de la nouvelle espèce composé de 150 dauphins évolue au large de la côte nord de l'Australie et est bien connu. Les chercheurs ne supposaient toutefois pas qu'il pouvait s'agir d'un groupe distinct. C'est en menant des analyses génétiques et morphologiques qu'une équipe internationale basée à l'American Museum of Natural History and the Wildlife Conservation Society.

 

"Morphologiquement, ces individus ne sont pas si différents que ça des autres espèces de dauphins. Mais nous avons été surpris de constater que les données génétiques se révélaient assez éloignées", a expliqué à LiveScience Martin Mendez, un des co-auteurs de l'étude. Les analyses ont été (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article