Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

La chaleur observée ces derniers jours dans le Queensland en Australie a provoqué la mort de milliers de chauves-souris qui sont littéralement tombées du ciel.

 

 

Alors que les Etats-Unis grelottent en raison de températures glaciales, le Queensland en Australie traverse une vague de chaleur. Au cours du week-end dernier, des températures dépassant les 40°C ont été observées au nord-ouest de l'Etat. Et cette canicule a eu des effets dévastateurs sur les populations locales de chauves-souris. Au cours des derniers jours, les chiroptères de quelque 25 colonies sont tombées comme des mouches, cuites par la chaleur.

 

"C'est une manière cruelle et horrible de mourir", a commenté pour le Courier Mail, Louise Saunders, présidente du Bat Conservation & Rescue Queensland. "Des températures au-dessus de 43°C et elle tombent", a t-elle ajouté. Selon le Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA), pas moins de 100.000 chauves-souris seraient mortes. De nombreux habitants en ont retrouvé des dizaines dans leurs jardins. Plusieurs ont posté des vidéos sur Youtube montrant des parterres jonchés de chiroptères.

 

Dans les parcs, sous les arbres, des centaines gisaient mortes ou à l'agonie. "Nous ramassons juste celles qui ne tiennent pas le coup et euthanasions humainement ce que nous pouvons", a précisé Louise Saunders. Si les températures sont légèrement redescendues depuis, les milliers de carcasses sont devenues odorantes et ont commencé à poser un problème de santé publique.

 

Ne pas toucher les chauves-souris

Le Scenic Rim Regional Council, à l'ouest de Brisbane, a organisé une opération de ramassage pour collecter plus de 2.000 corps de chauves-souris. Mais les autorités locales ont invité les habitants à ne pas s'approcher des chiroptères et à ne pas les toucher. "Si vous trouvez une chauve-souris, il est important de ne pas la toucher à cause du risque d'infection par le lyssavirus de la (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article