Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

 

 

BIODIVERSITE - L'ouverture de la pêche au thon le 15 mai prochain relance les débats autour de la protection des espèces marines. Selon une étude de l'Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), surpêche, dégradation de l'habitat et pollution menacent plus de 40 espèces de poissons...

Thon rouge, mérou et merlu comptent parmi les espèces menacées ou quasi menacées d’extinction, selon une étude de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). «L’utilisation de chaluts est l’un des principaux problèmes pour la conservation et la durabilité de nombreuses espèces marines, explique Maria del Mar Otero, du programme UICN-Med. Ce n’est pas une technique sélective: elle capte non seulement les poissons cibles, mais également un grand nombre d’autres espèces, tout en détruisant le fond de la mer, où de nombreux poissons vivent.» Résulta: près de la moitié des espèces de requins et de raies en Méditerranée, mer qui représente 9% de la biodiversité marine, risque de disparaître. Dans cette zone, le potentiel de reproduction des populations de thon rouge a même diminué de 50% au cours des 40 dernières années.

 

Pour l’UICN, il faut donc renforcer la réglementation, créer de nouvelles réserves marines et réduire les quotas de pêche. Pourtant, les 48 Etats pêcheurs de la Commission internationale pour la Conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) ont réduit le nombre de captures autorisées de thon rouge en Méditerranée entre 2010 et 2011, passant de 13.500 à 12.900 tonnes. «Le manque de conformité avec les quotas actuels combinée avec la sous-déclaration généralisée de la capture peut avoir sapé les efforts de conservation pour cette espèce en Méditerranée», explique Kent Carpenter, coordonnateur de l’évaluation mondiale des espèces marines à l’UICN. L’ONG Robin des Bois s’étonne d’ailleurs de voir que les thoniers battant pavillon libyen s’apprêtent à quitter Sète pour se rendre au golfe de Syrte alors que le régime en Libye a suspendu la pêche au thon pour la saison 2011.

 

Autre point critiqué par l’Union : l’absence de mesure sur la protection des zones de reproduction et le manque d’informations sur l’état de conservation d’un tiers des poissons de la Méditerranée.

 

En attendant les décisions politiques, plusieurs entreprises ont signé le manifeste du WWF sur le thon rouge, s’engageant ainsi à arrêter la commercialisation de ce poisson en Atlantique et Méditerranée pour permettre la reconstitution des stocks.

 

Delphine Rabasté

20Minutes

Commenter cet article