Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/illustrations/2013/02/26/utilisation-cytotec-ulcere-1229711-616x380.jpg

 

Médicament Prescrit pour les maladies de l'estomac, il sert parfois à déclencher les accouchements

«On s'en est sortis de justesse », souffle Aurélie Joux, 31 ans, qui veut alerter les futures mères des dangers du Cytotec, dont elle a été victime. Ce médicament prescrit en cas d'ulcère ou maladie de l'estomac est aussi utilisé pour déclencher les accouchements. Non sans risque.

En novembre 2010, Aurélie a vécu un troisième accouchement traumatisant à l'hôpital de Poissy (Yvelines). Après avoir reçu du Cytotec, ses contractions s'amplifient. « C'était comme une sur-contraction. On voyait que le cœur du bébé ralentissait. J'ai demandé qu'on me fasse une césarienne. » Finalement, l'enfant est sorti grâce à des ventouses. «Il ne respirait pas. La première image que j'ai eue de mon bébé a été celle de la mort. » Réanimé, Timéo souffre aujourd'hui d'un handicap moteur. Et Aurélie a vu son utérus se déchirer.

Une alerte de l'Agence du médicament

 

Aurélie et Anne, une autre mère déclenchée avec du Cytotec à Poissy en 2007, ont décidé de créer l'association Timéo et les autres pour informer les futurs parents et lutter contre l'utilisation hors autorisation de mise sur le marché (AMM) de cet anti-ulcéreux. Car Poissy n'est pas le seul centre dans le viseur. En 2009, après deux comprimés de Cytotec, Rebecca a une contraction qui dure un quart d'heure. Sa fille naît en urgence par césarienne, en état de mort apparente et passe une semaine en soins intensifs dans un service de néonatalogie. Lors de sa deuxième grossesse, la surprise qu'elle lit sur le visage des médecins qui examinent son dossier médical l'inquiète. « Ils m'ont dit que c'était anormal qu'un hôpital comme Necker utilise encore le Cytotec », souligne Rebecca. L'Agence nationale de sécurité du médicament a d'ailleurs alerté les professionnels sur les dangers de l'utilisation hors AMM du Cytotec sur son site lundi : «Dans le déclenchement de l'accouchement à partir de 37 semaines d'aménorrhée, [le Cytotec], quelle que soit la voie d'administration, fait courir des risques graves à la mère et à l'enfant.» Contactées, les maternités de Poissy et de Necker n'ont pas répondu à nos sollicitations.

 

Oihana Gabriel

 

Commenter cet article