Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Soumises au climat glacial de l'Alaska, certaines grenouilles peuvent rester entièrement gelées pendant deux mois. Alors que cela tuerait la plupart des animaux, des chercheurs ont constaté que toutes les grenouilles qu'ils surveillaient sont revenues tranquillement à la vie avec le printemps.

 

 

 

Quelle idée aussi d'être un animal à sang froid et de vivre en Alaska ! Les grenouilles des bois Lithobates sylvaticus ont beau paraitre petites et fragiles, elles cachent des capacités étonnantes qui leur permettent de survivre aux rudesses du climat septentrional de leur habitat. Ces petits amphibiens sont en effet capable de geler entièrement et, surtout, de se réveiller quand le climat s'y prête.

 

Comme le souligne un blog du magazine Discovery, le phénomène est incroyable car c'est bien plus qu'une hibernation : tous les organes de la grenouille se gèlent et l'animal se retrouve dur comme de la glace. Si leurs cousines du sud du Canada ne survivent généralement pas au-delà de -7°C et deux mois de gel, on retrouve pourtant ces grenouilles peu frileuses dans des zones arctiques où la température descend à -20°C et reste en dessous de zéro la moitié de l'année.

 

18 spécimens sous surveillance

Une équipe de l'université de l'Alaska à Fairbanks a donc décidé de surveiller 18 grenouilles des bois dans leur milieu naturel, tandis que d'autres étaient soumises au froid dans le cadre contrôlé d'un laboratoire. Durant l'expérience, les chercheurs ont évalué le laps de temps pendant lequel les batraciens étaient figées.

 

Dans la nature, les grenouilles sont restées gelées pendant une moyenne de 193 jours, avec une température qui est descendue jusqu'à -18 degrés. Elles ont toutes survécu. Mais comment ont-elles empêché l'apparition de légions fatales au niveau de leurs organes internes ? Grâce au glucose, répondent les chercheurs.

 

Quelles limites pour ces grenouilles ?

Les grenouilles sauvages ont ainsi accumulé dix fois plus de (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article