Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Une séquence extraite d'un documentaire de la BBC montre le voyage de milliers de crabes-araignées dans les profondeurs océaniques. Un périple loin d'être sans risque car les raies rôdent.

 

 

 

Malgré des conditions parfois difficiles, les profondeurs de l'océan sont le lieu de vie privilégié de nombreuses espèces et certaines sont particulièrement actives. C'est ce que montre cette séquence issue d'un documentaire de la BBC intitulé Life, Creatures of the Deep. L'extrait de quelques minutes dévoile une partie du périple de milliers de crabes-araignées au large des côtes sud de l'Australie.

 

Chaque année, à cet endroit, ces crustacés des profondeurs se livrent à une longue migration destinée à les conduire à un lieu où s'accoupler et se reproduire. Ils profitent également du voyage pour grandir et fabriquer une nouvelle carapace, se débarrassant de l'ancienne devenue trop petite. Pour cela, le crabe développe une nouvelle armure sous l'autre. Une fois celle-ci prête, il se plie afin de faire rompre son ancienne carapace et pouvoir l'abandonner derrière lui. 

Le périple est donc d'importance pour les crustacés mais les kilomètres à parcourir ne sont pas la seule difficulté du voyage. Car au cours de ce dernier, les crabes de tout âge se montrent très agités et attirent irrémédiablement les prédateurs, notamment les raies qui n'hésitent pas à s'approcher de la masse grouillante.

 

Un redoutable prédateur

Dans la vidéo, on peut voir que si tout se passe bien au début, le groupe est rapidement rejoint par une raie qui déclenche une véritable alerte parmi les crabes. On les voit désespérément tenter de fuir alors que le prédateur passe au-dessus d'eux. Les raies apprécient tout particulièrement les crabes dont la carapace est encore molle car ils sont bien plus faciles à manger.

 

Malheureusement pour les crustacés, une fois que la raie a ciblé sa victime, elle a très peu de chances d'en réchapper. Le poisson se (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

 

Commenter cet article