Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Un couple de ouistitis a été repéré dans les forêts brésiliennes alors que le mâle tenait sa partenaire dans les bras après que celle-ci est tombée d'un arbre. La femelle est restée en vie pendant plus de deux heures, alors que le mâle surveillait les alentours et repoussait les curieux. 

 

 

 

Les ouistitis seraient-ils capables de pleurer la perte de leur moitié ? La vidéo d'un mâle ouistiti enlaçant tendrement sa partenaire mourante est "stupéfiante", selon les experts. La scène déchirante a été filmée au Brésil, alors que des chercheurs suivaient le couple de singes, ensemble depuis plus de trois ans et sur le point d'accueillir un petit.

Selon les scientifiques, au cours des mois suivant la mort de la femelle, le mâle aurait quitté son groupe social et n'aurait pas été aperçu depuis. Cet étrange comportement a été relaté dans la revue Primates. Jusqu'à présent, seuls les humains et les chimpanzés apportaient des soins aux individus adultes mourants.

 

Un couple solide

Les deux singes ont été repérés par une équipe de l'Université de Bristol alors qu'ils observaient des ouistitis communs vivant dans une forêt de la façade atlantique, au nord-est du Brésil. F1B, la femelle dominante du groupe, enceinte, gisait sur le sol, se battant pour sa vie. Elle est restée dans cette position pendant plus de deux heures, après être tombée d'un arbre.

 

"Le comportement le plus remarquable est venu du mâle dominant M1B", rapportent les chercheurs, repris par le DailyMail. En effet, à la minute même où ce dernier à repéré sa partenaire, il a immédiatement laissé ses deux petits dans un arbre avant de prendre délicatement la femelle dans ses bras. Il s'est ainsi occupé de sa moitié pendant ses dernières heures, en guettant les éventuels prédateurs et en tenant à l'écart les autres ouistitis curieux.

 

M1B a également interagi avec sa partenaire en la câlinant et en posant sa tête près de la sienne avant qu'elle ne (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article