Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Chaque année, des millions de papillons monarques migrent du Canada jusqu'au Mexique. Une récente étude prouve que ces petits insectes ailés se dirigent grâce à un compas magnétique interne lors de leur périple vers le Sud.

 

 

 

Des papillons qui volètent par milliers en un seul et même endroit. C'est l'extraordinaire spectacle auquel peuvent assister ceux qui se rendent au sanctuaire de papillons près de Angangueo dans l'état du Michoacán au Mexique. C'est en ce lieu que des millions de lépidoptères se rendent chaque année afin d'hiverner parmi les conifères.

 

Les insectes proviennent du Canada et du nord des États-Unis et entament deux fois par an une migration de plus de 4.500 kilomètres à travers le continent. A partir d'août, ils se dirigent vers le sud avant de remonter vers le nord à l'arrivée du printemps. Un évènement qui s'avère toujours très impressionnants car les papillons voyagent par groupe de milliers d'individus.

 

Appartenant à la famille Nymphalidae, le Monarque Danaus plexippus présente une envergure relativement grande comprise entre 8 et plus de 10 centimètres. Il est reconnaissable à sa couleur orangée, veinée et bordée de noir. Ses ailes sont bordées de petits taches blanches plus ou moins grandes.

 

Un compas magnétique dans le corps

Les scientifiques savaient déjà que le papillon monarque se repère grâce au soleil pour retrouver son chemin. Toutefois, une question demeurait alors : comment l'insecte fait-il pour s'orienter même par temps couvert ? Une récente étude a permis de trouver la réponse. Selon ces travaux publiée dans la revue Nature Communications, l'insecte serait doté d'un véritable compas magnétique interne. 

 

Pour en arriver là, les chercheurs de la UMass Medical School et du Worcester Polytechnic Institute ont utilisé un simulateur de vol entouré d'une bobine électromagnétique. En reproduisant des champs magnétiques, ils ont examiné le comportement de vol du papillon dans (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article