Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Si certains ont des cris de guerre carrément effrayants, voire déconcertants, celui de la grenouille de pluie du désert est loin d'être féroce. Similaire au bruit d'un jouet que vous pressez, elle laisse entendre son petit couinement lorsqu'elle se sent menacée. Un photographe a réussi à l'enregistrer. 

 

 

Avez-vous déjà entendu le cri pétrifiant de la moule ? Non ? Bon, vous pouvez toujours vous rattraper avec celui de la Breviceps macrops, connue aussi sous le nom de grenouille de pluie du désert. Et comme de nombreux animaux vivant dans le désert, cette petite grenouille fait entendre son rugissement terrifiant lorsqu'elle est menacée. Rugissement terrifiant ? Peut-être pas vraiment...

 

Couinement de défense

C'est le photographe de la vie sauvage Dean Boshoff qui a été assez courageux pour braver l'amphibien et enregistrer son cri. Il s'est approché assez près pour pouvoir entendre la façon dont la grenouille réagit dès que quelqu'un ose poser un pied sur son territoire.

Le photographe s'est rendu dans les dunes de sable de Port Nolloth, en Afrique du Sud, pour filmer le petit animal. Et la vidéo n'a pas tardé à faire le tour du monde. Et, il n'est pas difficile de voir pourquoi : et oui, ce son de jouet pour chien pressé sort réellement de cette grenouille.

Cette petite balle sableuse et adorable émet notamment ce cri, pour le moins inattendue, pour prévenir ses camarades. Celui-ci se déclenche dès qu'un prédateur approche. Ici, probablement Dean Boshoff et sa caméra.

 

Espèce menacée

La Breviceps macrops est une grenouille endémique de la côte du Namaqualand. Elle peut donc être observée sur 10 kilomètres de côte d'Afrique du Sud et de Namibie.

La grenouille pluie du désert passe donc une grande partie de sa vie enfouie à 10 à 20 cm sous le sable humide, à se protéger des prédateurs. Et, lorsqu'elle sort, la nuit, pour se nourrir, son seul moyen de signaler la présence d'un danger est son (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article