Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.lepoint.fr/images/2014/01/14/cameleon-2340538-jpg_2016987.JPG

 

 

D'après les biologistes, le reptile utiliserait les changements de couleur comme moyen de communication, notamment en cas de conflit avec ses congénères.

Quand le caméléon change de couleur, ce n'est pas seulement pour se cacher. Bien sûr, ce fabuleux talent, qui lui permet de passer en instant de la teinte la plus intense au marron le plus terne, est fort utile pour échapper au prédateur : "Je ne suis pas une proie, non ! Je suis une branche..." Il l'est encore quand il s'agit de trouver discrètement de quoi se nourrir, car, pour chasser la mouche ou le moustique, être capable de se fondre dans le paysage est un atout certain : "Hop, trop tard !" Mais, si l'animal parvient aussi à se parer de couleurs chatoyantes, ce pourrait être pour de tout autres raisons. Les scientifiques avaient déjà l'intuition que les changements d'apparence de l'animal pouvaient lui tenir lieu de langage. Une hypothèse que les résultats des travaux d'une équipe de biologistes américains de l'université de l'Arizona, récemment publiés dans la revue spécialisée Biology Letters, tendraient à confirmer. C'est en se concentrant sur les combats entre mâles, que ce soit pour obtenir les faveurs de femelles ou tout simplement dans le cadre d'un conflit territorial, que les chercheurs sont parvenus à conforter cette thèse.

 

Déjà il est évident que, dans cette situation sociale donnée, les caméléons usent et abusent de leur talent de transformiste. Ensuite, ces démonstrations visuelles, accompagnées de sifflements et de roulements de mécaniques, suivent une progression bien précise. En début d'affrontement, à distance, les caméléons jouent des couleurs des rayures présentes sur leurs flancs, les faisant varier à grande vitesse vers les effets les plus voyants. Plus près, au coeur du face-à-face, les changements de teinte s'opèrent essentiellement au niveau de la face. Toujours sur la zone la plus visible de l'adversaire. Les chercheurs pensent donc que ces manifestations auraient pour objectif de faire part à celui-ci de sa forme physique ou encore de sa motivation à combattre.

Mais le plus étonnant est que le caméléon vainqueur, par forfait comme par K.-O., est généralement celui étant parvenu aux changements de couleur les plus rapides et aux teintes les plus intenses. Étrange, non ? Pas tant que ça. Outre les conséquences évidentes d'une forte motivation à gagner la bagarre, les biologistes soulignent que les variations de la couleur de la peau des caméléons (qui reposent sur plusieurs populations de cellules sous-cutanées spécifiques) impliquent des processus physiologiques et sont notamment étroitement liées à l'état hormonal et au niveau de réserves énergétiques de l'individu. Autrement dit, se montrer capable de changer de couleur rapidement, en produisant des teintes intenses et lumineuses, serait le signe d'une santé flamboyante. Rien de surprenant alors à ce que le gagnant de la joute colorée soit aussi vainqueur dans le corps-à-corps.

 

Regardez les caméléons jouer de leurs couleurs au combat :

 


 


 

 

Commenter cet article