Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Pourquoi les oignons nous font-ils pleurer lorsqu'on les coupe ou qu'on les épluche ? Cela fait partie des petites choses du quotidien dont on aimerait bien se passer. L'origine du phénomène : une réaction chimique inévitable. 

 

 

 

Si vous commencez à trancher un oignon, vous ressentez rapidement une sensation d'irritation, de picotement au niveau des yeux et vous vous mettez irrémédiablement à pleurer. Mais intact, un oignon ne risque pas de vous incommoder. En fait, c'est quand on le découpe que l'on dérègle toute sa structure chimique.

 

Lors du découpage, les cellules se déchirent et différentes composantes se mélangent, provoquant ainsi des réactions en chaîne. Ce sont d'abord les enzymes de type allinase qui se mêlent à l'alliine, un acide aminé et commencent à le décomposer. Quand le mélange entre en contact avec l'air extérieur, il forme de l'acide sulfénique. Une autre enzyme, la LF-synthétase, convertit ensuite l'acide en propenthial-S-oxyde. 

 

Ce gaz se libère 30 secondes après tranchage de l'oignon. Dès qu'il atteint l'oeil, il se mélange avec l'eau des larmes à la surface de la cornée, produisant ainsi de l'acide sulfurique en très petite quantité, mais suffisante pour irriter les yeux. Pour se protéger et éliminer le composé, les glandes lacrymales sécrètent alors des larmes. Et plus il y a d'eau, plus il y a d'acide et plus les yeux pleurent.

 

Des contre-attaques efficaces

Comment éviter cette sensation désagréable ? Seules trois méthodes s'avèrent réellement efficaces. En épluchant l'oignon sous un jet d'eau ou dans une bassine d'eau, on peut empêcher le gaz de s'élever dans l'air. Placer l'oignon au frais durant quelques heures avant le découpage permet également de neutraliser les enzymes et de limiter les larmoiements. Enfin, porter des lunettes protège vos yeux du gaz lacrymogène.

 

En revanche, couper les oignons avec la bouche remplie d'eau ne (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article