Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Les lionnes font partie des prédatrices les plus redoutables de l'Afrique. Avec une dextérité hors-norme et une capacité d'exécution exceptionnelle, leurs attaques sont furtives et rapides. Dans cette vidéo, une antilope va faire les frais de leurs incroyables aptitudes à chasser.

 

 

 

Plus rapides que les lions, les lionnes peuvent atteindre des vitesses de pointe proches des 60km/h sur de faibles distances. Leur dextérité et leur remarquable capacité à faire des sauts font également d'elles des prédatrices absolument redoutables qui savent maitriser l'effet de surprise lors de leurs attaques. Dans cette vidéo, un blesbok, une antilope de taille moyenne démontre de quoi les lionnes sont capables.

 

Toute la scène se déroule dans la Shamwari Game Reserve, en Afrique du Sud. À l'affût, deux lionnes perchées au sommet d'un monticule de quelques mètres de haut vont apercevoir deux blesboks se diriger vers elles. Tapis derrière les hautes herbes et invisibles aux yeux des antilopes du fait de la hauteur où ils se trouvent, les deux félins décident d'engager une embuscade.

 

Incroyable réflexes

Les lionnes attendent que les bovidés commencent à gravir le monticule pour commencer à courir furtivement vers le point où leurs cibles vont dépasser "l'arête" du tertre. Le premier blesbok est surpris par la première lionne et va sauter vers le bas de la petite colline afin de l'éviter. La tentative est bonne mais la deuxième lionne a suivi le mouvement et ne va pas lui laisser de chance, tandis que l'autre blesbok en profite pour s'échapper.

 

La deuxième lionne qui a anticipé le saut d'esquive de l'antilope bondit sur celle-ci et l'attrape en plein vol. Le prédateur et sa proie vont alors tomber du sommet de la colline et s'écraser sur le sol ferme, à côté d'un bus de touristes. Malgré le choc violent, la lionne ne lâche pas sa proie et va saisir le blesbok afin de l'achever, aidée par sa camarade de (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article