Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Le visage d'un homme préhistorique vieux de 5.500 ans a été reconstitué à partir de son crâne retrouvé près de Stonehenge, au Royaume-Uni. La représentation de cet habitant aux traits particulièrement raffinés a été réalisée par le sculpteur-légiste Oscar Nilsson. Elle est désormais exposée au sein du musée du site, tout juste rénové.

 

 

Avec l'aide de nouvelles technologies, un esprit artistique et une bonne dose de talent, il est aujourd'hui possible de faire revivre les hommes préhistoriques. Oscar Nilsson, un artiste médico-légal suédois, est particulièrement doué pour ça. A partir d'un crâne retrouvé près des monolithes de Stonehenge, au Royaume-Uni, ce sculpteur-légiste est parvenu à reconstruire le visage de l'homme à qui il a appartenu.

 

Un véritable exploit dont les différentes étapes de réalisation peuvent être admirées sur la vidéo ci-dessus montée par le site NewScientist. Grâce à cette nouvelle représentation en cire, au réalisme à couper le souffle, on sait désormais que cet autochtone était plutôt bel homme, avec des traits fins et une physiologie étonnamment similaire à la nôtre. L'habitant de Stonehenge a vécu il y a environ 5.500 ans. Son squelette a été retrouvé en 1863 par des archéologues au sein d'une allée couverte.

 

Pour réaliser une telle performance, Oscar Nilsson a tout d'abord soigneusement étudié la sépulture de l'homme. La longueur de ses os lui a permis d'estimer l'âge et le poids de l'individu, deux facteurs nécessaires pour pouvoir déterminer sa corpulence. Selon les experts, l'habitant de Stonehenge était âgé d'entre 25 et 40 ans au moment de sa mort avec une musculature surement bien développée, tout comme sa pilosité.

 

Une vie marquée par les voyages

Une analyse détaillée de la mâchoire et des dents ont par ailleurs permis de fournir une mine d'informations sur le mode de vie de cet homme du Néolithique. Les résultats suggèrent que celui-ci serait né dans la région Ouest ou (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article