Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Samedi 22 mars, se tient la Journée mondiale de l'eau. Un évènement annuel destiné à rappeler l'importance de ce précieux élément sur notre planète. Mais c'est aussi l'occasion de découvrir les merveilles qu'il recèle : le photographe Laurent Costa nous emmène en voyage dans l'intimité de l'eau.

 

 

 

Près de 75% de la surface de la Terre est recouverte par les océans et les mers. D'après les estimations, cela représente quelque 1,4 milliards de kilomètres cubes d'eau, à l'état liquide. Si on y ajoute l'eau à l'état solide ou gazeux, on atteint des chiffres vertigineux. Et ce n'est pas pour rien : l'eau constitue un élément vital sur notre planète. C'est pour sensibiliser à cette question et aux problèmes qui y sont liés que se tient chaque année, le 22 mars, la Journée mondiale de l'eau.

 

Mais cet évènement sert aussi à dévoiler les merveilles que l'eau recèlent, car l'élément a beau couler à flots de nos robinets, peu imaginent ce qu'il est réellement et ce dont il est capable. Laurent Costa, lui, l'a découvert il y a quelques années et c'est depuis devenu une véritable passion. Vivant à Narbonne, cet amoureux de la nature s'est spécialisé dans l'observation et la photographie de l'eau au microscope. "Photographier l'eau est un vrai amusement pour moi", nous confiait-il dans un premier entretien accordé en 2012. 

 

"Toutes les eaux ont une histoire à raconter"

 

Pour réaliser ses oeuvres, le "photographe atypique" récolte de l'eau, la met au congélateur puis l'observe au microscope. Ceci lui a permis de voir que l'eau pouvait emprunter une infinité de formes mais aussi qu'elle était beaucoup moins figée et inerte qu'elle ne semblait l'être. "Et si l'eau avait un message à transmettre ?". Au cours de ces séances d'observation, Laurent Costa a constaté que l'eau était un élément très sensible "qui peut être influencé et recevoir des messages".

 

Le photographe en est même arrivé à réaliser des découvertes étonnantes comme il nous avait expliqué : son humeur, ses pensées sont capables d'influencer l'eau. Eau de robinet, de rivière, eau venant d'une autre ville, toutes les eaux ne se comportent pas de la même manière, d'après lui. "Peu importe l'origine de l'eau, toutes les eaux ont une histoire à raconter", explique t-il. Et pour qu'elle la raconte, il suffit de la laisser s'exprimer et de l'observer.

"Je lâche prise et me sens bien. Lorsque j’observe, je laisse l’eau se dévoiler comme elle le souhaite", précise t-il. C'est un peu comme les nuages, chacun y voit ce qu'il souhaite. Mais certains des clichés sont tout de même déroutants, imposants d'eux-mêmes une image, prenant un aspect de chat, de hérisson ou même d'icône religieuse (voir notre précédent article et la vidéo ci-dessus).

En février dernier, le photographe a vécu une nouvelle expérience : il a observé l'eau de Copenhague danser sur la musique de Mozart.  

 

Attirer l'attention sur l'importance de l'eau 

Si les clichés de Laurent Costa sont dignes de vraies oeuvres d'art, l'homme est surtout attaché à la préservation de l'environnement et particulièrement à la qualité de l'eau. "L'eau est importante pour aujourd'hui et pour demain", nous confiait-il. C'est pourquoi il veut rappeler à quel point il est important de protéger l'eau, la protéger et l'économiser. "On utilise à bon ou à mauvais escient l’eau mais nous avons tous besoin de l’or bleu", conclut-il.

 

(crédits vidéo et photo : Laurent Costa - waterphoto.eu)

Commenter cet article