Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Selon une étude danoise, la migraine peut être un facteur de risque dans les maladies cardiovasculaires. De nouvelles indications thérapeutiques sont évoquées.

Non seulement la migraine fait souffrir près d’un milliard de personnes à travers le monde, mais on apprend désormais qu’elle pourrait être un facteur de risque dans plusieurs maladies cardiovasculaires. C’est du moins ce que révèle une étude publiée dans le British Medical Journal. Les infarctus du myocarde, les AVC, les thrombose veineuse et les fibrillations auriculaires seraient en partie imputables à ces horribles maux de tête.

Les chercheurs de l’Aarhus University Hospital et de l’Université de Standford sont arrivés à ces conclusions après avoir passé au crible les dossiers médicaux de 51.000 patients collectés grâce au Registre National des Patients Danois. Il s’agit de toutes les personnes ayant reçu un diagnostic de migraine entre 1995 et 2013 et ne souffrant pas d’antécédents de maladies cardiovasculaires à ce moment-là. Pour établir une comparaison avec un groupe témoins représentatif, les chercheurs ont assigné à chaque migraineux 10 personnes du même âge, même sexe, sans passif de maladies cardiovasculaires et sans diagnostic de migraine.

 

Augmentation des risques d’AVC mais aucun lien avec les arrêts cardiaques

L’étude révèle que les personnes diagnostiquées de migraines ont plus de chances d’être victimes de maladies cardiovasculaires. Concernant l’AVC hémorragiques, la maladie est deux fois plus fréquente chez les personnes migraineuses que dans le reste de la population. L’infarctus du myocarde touche, quant à elle, 25 personnes sur 1000 pour le groupe souffrant de migraines contre 17 personnes sur 1000 pour le reste de la population. Pour les AVC ischémiques l’incidence serait de 45 personnes sur 1000 contre 25 sur 1000. Les personnes souffrant de migraines sont également plus vulnérables que le reste de la population quand il s’agit de thrombose veineuse ou de fibrillations auriculaires.

Par contre, l’étude ne prouve aucune association entre migraines et arrêts cardiaques. Il en va de même pour la maladie des artères périphériques pour lesquelles aucun lien n’a pu être établi.

Par ailleurs, la publication révèle que l’âge moyen au moment du diagnostic de la migraine est de 35 ans et que 71% des malades sont des femmes. Pis, entre un groupe d’hommes et de femmes ayant tous la migraine, ces dernières ont plus de risques de souffrir d’une maladie cardiovasculaire. L’étude indique également que, parmi les 51.000 migraineux, environ 2400 ont été victimes d’une maladie cardiovasculaire.

La première année est la plus risquée

D’après l’article, les risques de maladies cardiovasculaires sont plus importants durant la première année suivant le diagnostic de la migraine. Les chances seraient même 8 fois plus élevées en ce qui concerne les AVC. Elles seraient multipliées par deux pour les infarctus du myocarde, les thromboses veineuses et les fibrillations auriculaires.

De plus, l’étude rappelle que plusieurs types de migraines existent et nous apprend que l’ophtalmique (aussi appelée «migraine avec aura») serait la plus dangereuse. Elle serait associée à un risque durable d’infarctus du myocarde, d’AVC et de thromboses veineuses. Cependant, avec l’âge, ces dangers seraient atténués. La prise de d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et de médicaments spécifiques pour la migraine peuvent également diminuer ces risques.

Les causes de ce lien entre migraine et maladies cardiovasculaires?

Mais les auteurs eux-mêmes apportent quelques bémols à leurs travaux en soulignant notamment que la relation entre migraines et maladies cardiovasculaires est probablement multifactorielle. Dans cette étude, il a pu être démontré que les migraineux sont plus souvent soumis à d’autres facteurs de risques cardiovasculaires comme le diabète, l’hypertension ou la cigarette par exemple. Par ailleurs, les personnes souffrant de migraines utilisent souvent des AINS, médicaments responsables de l’augmentation des risques d’infarctus du myocarde, de thromboses veineuses et de fibrillations auriculaires. Enfin, l’immobilisation au lit et allongé, imposée lors des crises migraineuses peut également expliquer l’augmentation de cas de thromboses veineuses dans ces populations.

Au vu des résultats de l’étude, les chercheurs émettent de nouvelles hypothèses de recommandations thérapeutiques. Bien que l’aspirine ne soit pas recommandée pour le traitement de la migraine, ils considèrent la possibilité d’utiliser cet anticoagulant comme méthode de prévention des maladies cardiovasculaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article