Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Depuis le 1er mars, le paquet de tabac coûte en moyenne 1 euro plus cher. L’occasion d’écraser sa dernière cigarette pour préserver ses finances. Voici un tour d’horizon des différents moyens qui peuvent vous y aider.

Patchs, gommes à mâcher, inhalateurs, médicaments... Les moyens pour augmenter ses chances d’arrêter de fumer ne manquent pas! Les substituts nicotiniques permettent de continuer à absorber de la nicotine sans pour autant inhaler le goudron, le monoxyde de carbone et les 4000 produits chimiques toxiques contenus dans la fumée de cigarette.

Il n’existe pas de preuve scientifique qu’un substitut nicotinique soit plus efficace qu’une autre. Par contre, on sait que la combinaison de plusieurs d’entre eux est plus efficace que l’usage d’un seul de ces traitements. L’association d’un patch avec les gommes ou l’inhalateur, formes de délivrance de nicotine plus rapide, constitue une bonne aide au sevrage tabagique. Le Figaro fait le point sur les avantages et les inconvénients de ces méthodes avec le Dr Ivan Berlin, médecin pharmacologue-addictologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) à Paris.

Les patchs (ou timbres)

 

 

Le patch ou timbre de nicotine s’applique sur la peau et diffuse progressivement la nicotine à travers la peau, sur une période de 16 ou 24 heures. Il doit être collé sur une surface de la peau sèche et sans poils, à un emplacement différent chaque jour. Il n’est pas recommandé de fumer avec un patch mais il n’est pas dangereux de fumer en parallèle si c’est un besoin. Retirer le patch le temps d’une cigarette ne change rien puisque la nicotine continue de se diffuser pendant environ deux heures.

Avantages:

Le patch fournit de la nicotine plus lentement que la gomme et les comprimés, mais de façon plus constante et durable tout au long de la journée. Cela permet de soulager l’irritabilité, l’envie de grignoter, les sautes d’humeur, les difficultés de concentration, l’envie de fumer et d’autres désagréments qui peuvent survenir à l’arrêt du tabac. Le patch a également l’avantage de pouvoir se combiner à d’autres substituts nicotiniques. Il est possible de porter le patch toute la journée, tout en consommant ponctuellement les substituts nicotiniques qui s’absorbent rapidement comme les gommes ou les comprimés.

Inconvénients:

Les effets indésirables les plus fréquents sont des rougeurs et des démangeaisons à l’endroit où le patch est collé. Elles sont en général plus intenses en début de traitement et disparaissent dans les deux jours suivants le retrait du patch. Quand il est porté la nuit, le patch peut également induire des modifications du sommeil. Plus rarement, on observe d’autres effets indésirables comme les nausées, les maux de tête et une accélération de la fréquence cardiaque.

L’avis du Dr Berlin:

Une fois qu’il est collé, l’utilisateur n’a plus à s’occuper de son patch pendant 16 ou 24 heures. Souvent, le patch tout seul ne suffit pas. Les résultats sont meilleurs lorsqu’il est associé à des gommes ou des pastilles à sucer.

Les gommes à mâcher

 

 

Les gommes doivent être mâchées intensément et lentement pendant 20 à 30 minutes, en faisant des pauses pendant lesquelles on ne les mâche pas du tout. La nicotine, qui diffuse directement à travers la muqueuse de la bouche, agit assez rapidement (en 5 à 10 minutes). Il est recommandé de prendre les gommes régulièrement sur la journée, ou uniquement lorsque l’envie est forte. Il est possible d’utiliser en même temps ou en alternance un autre substitut nicotinique.

Avantages:

Les gommes soulagent rapidement les désagréments liés à l’arrêt du tabac en les diminuant nettement, voire en les supprimant. Elles permettent de réduire ou d’éviter la prise de poids après l’arrêt du tabac.

Inconvénients:

Des problèmes de sommeil peuvent survenir, surtout si les gommes sont prises le soir. En début de traitement, les gommes peuvent causer une irritation de la bouche, un hoquet, des brûlures d’estomac, une salivation augmentée, des troubles digestifs ou encore des problèmes dentaires ou gingivaux. Il est recommandé d’éviter de boire du café ou du jus de fruit avant et pendant la prise de la gomme, car ces boissons diminuent son efficacité.

Les comprimés à sucer

Les comprimés et les pastilles de nicotine fonctionnent selon le même principe que les gommes mais sans les inconvénients liés à la mastication.

Avantages:

Comme les autres substituts nicotiniques, les comprimés à sucer soulagent rapidement les symptômes de manque et les envies de fumer grâce à l’absorption rapide de la nicotine. Les comprimés existent sous différentes formes. Certains sont assez gros et se sucent longuement pour occuper la bouche, d’autres, plus petits, fondent rapidement pour soulager un besoin urgent.

Inconvénients:

Chez environ 20% des patients traités avec des substituts nicotiniques oraux (dont les comprimés à sucer), on observe des effets indésirables, qui sont généralement légers et limités à la durée du traitement. La majorité des symptômes qui apparaissent lors d’un sevrage tabagique sont plus souvent liés au sevrage qu’aux substituts nicotiniques. Ces derniers sont très bien tolérés et leurs effets indésirables sont très rares. La prise de café ou de jus de fruits, comme pour les gommes nicotiniques, diminue l’efficacité des comprimés.

L’inhaleur

Cela ressemble à une cigarette en plastique. L’air aspiré lors de l’utilisation de l’inhaleur est chargé de micro-gouttelettes de nicotine qui viennent se déposer sur la muqueuse buccale.

Avantages:

L’inhaleur permet d’arrêter de fumer tout en conservant le geste de la cigarette.

Inconvénients:

Une toux et des irritations de la bouche et de la gorge apparaissent chez environ 40% des patients au début du traitement. Leur intensité s’atténue progressivement. L’inhaleur délivre relativement peu de nicotine, souvent insuffisant pour combler le manque.

L’avis du Dr Berlin:

Inhaleur, spray buccal, comprimés, gommes ont tous la même efficacité. C’est au fumeur de choisir le substitut nicotinique qui lui convient le mieux.

La varénicline (Champix)

 

 

La varénicline est une molécule capable de se lier à certains récepteurs nicotiniques dans le cerveau et d’imiter l’action de la nicotine. Des effets indésirables du médicament, tels que des problèmes cardiaques et des troubles dépressifs, ont été rapportés au début des années 2010, entraînant un suivi renforcé par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Plusieurs études récentes ont infirmé ces soupçons et l’ANSM a levé le suivi renforcé en 2015. Ce médicament n’est disponible que sur prescription. Il n’est pas destiné aux personnes de moins de 18 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes avec des problèmes rénaux.

Avantages:

L’efficacité de la varénicline comme aide au sevrage tabagique est supérieure à celle des substituts nicotiniques seuls; et équivalente à l’association de deux substituts nicotiniques (par exemple patch + comprimé à sucer). Elle diminue les symptômes de sevrage en agissant sur le système nerveux à la place de la nicotine et elle réduit le plaisir de fumer en diminuant la sensibilité du système nerveux à la nicotine.

Inconvénients:

Les effets indésirables les plus courants, observés chez plus d’un patient sur dix, sont les nausées, l’insomnie, les rêves anormaux et les maux de tête.

L’avis du Dr Berlin:

Cette molécule a subi un mauvais procès. C’est actuellement le médicament le plus efficace dont on dispose. Depuis novembre 2016, il est remboursé à 65% par la sécurité sociale.

Le bupropion (Zyban)

 

 

Le chlorhydrate de bupropion (ou Zyban) a initialement été utilisé aux États-Unis comme antidépresseur. Des médecins se sont alors aperçus que ce médicament ôtait l’envie de fumer à certains patients. Depuis, des études scientifiques ont démontré l’efficacité de ce produit dans l’arrêt du tabac. Ce médicament, comme la varénicline, est destiné aux fumeurs dont la dépendance au tabac est très forte. Il est fortement déconseillé d’utiliser ce médicament en cas d’hypersensibilité au produit, de trouble grave du comportement alimentaire ou de sevrage d’alcool.

Avantages:

Le bupropion réduit le plaisir de fumer, les symptômes de manque et limite la prise de poids.

Inconvénients:

25 à 35% des patients qui prennent ce médicament font des insomnies.

L’avis du Dr Berlin:

Ce médicament est très peu prescrit en France car il n’est pas remboursé. Il fonctionne aussi bien que les substituts nicotiniques, mais il semblerait qu’il soit un peu moins efficace que le Champix.

Il est à noter que les substituts nicotiniques, tout comme la varénicline et le bupropion, réduisent la prise de poids qui peut survenir lors de l’arrêt des cigarettes.

Il est indispensable que les fumeurs sachent que le sevrage tabagique est un processus long, qui peut durer plusieurs mois avec des hauts et des bas. De plus, il est important que les traitements évoqués soient pris suffisamment longtemps, c’est-à-dire au moins 5 semaines, et de préférence pendant quelques mois.

La cigarette électronique

 

 

L’efficacité de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique n’est pas encore directement démontrée. Mais d’après les derniers travaux du Haut Conseil de la Santé Publique, elle peut toutefois constituer une aide pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac.

Avantages:

L’utilisation de l’e-cigarette (vapotage) conjuguée à l’arrêt total du tabac, permet de réduire les risques de développer des maladies liées au tabac, comme les cancers, les troubles respiratoires ou cardiaques.

Inconvénients:

La majorité des utilisateurs gardent continuent en parallèle de fumer des cigarettes, en plus du vapotage. Cette double utilisation ne permet probablement pas de réduire les risques liés au tabac. L’objectif doit rester l’arrêt total des cigarettes. La cigarette électronique est certainement moins toxique que la cigarette, toutefois, son avènement récent ne permet pas de dire si son usage comporte des risques pour la santé ou pas.

Si la cigarette électronique est reconnue comme un outil de réduction des risques liés au tabac, son efficacité dans le sevrage tabagique n’est pas encore formellement démontrée. De même, son avènement récent ne permet pas de dire si son usage comporte des risques pour la santé.

L’avis du Dr Berlin:

La cigarette électronique est un bon substitut nicotinique, qui assure une meilleure absorption en nicotine que les gommes ou les comprimés à sucer car la vapeur descend dans les poumons. Par contre, nous ne disposons pas de données sur ses effets indésirables éventuels, pour la simple raison que la cigarette électronique est considérée comme un produit de consommation et non comme un dispositif médical et donc les fabricants n’ont pas l’obligation d’étudier son rapport bénéfice-risque, comme doivent le faire les industriels du médicament ou des produits de santé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article