Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.blue.fr/gastronomie/img/aliments.jpg

 

Dans la vie, il y a de nombreuses raisons d’avoir peur. Des bonnes, et des moins bonnes. L’alimentation ne fait pas exception, car les discours culpabilisants de certains nutritionnistes et les légendes alimentaires qui circulent d’un magazine à l’autre ne manquent pas de jeter le trouble sur nos croyances. Et si on arrêtait de se stresser pour rien ? Passons quelques-uns de ces mythes sur le grill…


1/ Il faut éviter les matières grasses

Le premier réflexe des gens qui veulent faire attention à leur ligne ? Supprimer les matières grasses. Pourtant, les matières grasses participent au bon équilibre alimentaire si elles sont consommées raisonnablement. « Constituées de lipides, les matières grasses sont divisées en deux catégories : les acides gras saturés et les acides gras insaturés » explique Thibault Goset, nutritionniste, « Disons que les aliments solides contiennent généralement les acides gras saturés, et que les aliments liquides contiennent plutôt des acides gras insaturés ». Bonnes pour le métabolisme quand elles sont consommées avec modération, les matières grasses sont utiles : elles apportent des vitamines, de l’énegie et des acides gras nécessaires pour le bon fonctionnement du corps et de l’organisme. « Il ne faut pas les supprimer, pas plus qu’il n’est utile d’en privilégier certaines, manger de tout dans des quantités raisonnables est le meilleur moyen de créer un bon équilibre alimentaire : on peut évaluer une bonne consommation en matières grasses entre 40 et 90 grammes chaque jour ». On surveille sa consommation donc, mais on ne la supprime pas.

 

2/ Le pain fait grossir

Pour démentir ce mythe, il suffit d’éplucher la liste des ingrédients de base du pain : eau, farine, sel, levure. On ne trouve pas de lipides, principaux coupables de la prise de poids. « Le secret est de privilégier le pain complet ou le pain aux céréales, car contrairement au pain blanc qui contient beaucoup de glucides, ces derniers apportent davantage de glucides complexes et de fibres » explique Thibault Goset. L’intérêt du pain dans le cadre d’un régime, outre ses apports en fibres qui sont importants pour le transit, c’est aussi qu’il aide à la mastication au cours du repas, or on sait que le mécanisme de mastication aide à provoquer le sentiment de satiété. « Et puis tout le monde le sait déjà : ce qui fait grossir, ce n’est pas forcément le pain, c’est ce qu’on mange pour l’accompagner : fromage, confiture, pâte à tartiner, beurre, sauce…c’est plutôt ça qu’il faut surveiller ! » s’amuse le nutritionniste.

 

3/ Le grignotage est une très mauvaise habitude

Pour grignoter, la plupart d’entres nous misent sur des aliments accessibles rapidement. Dans le palmarès des aliments stars du grignotage, on retrouve les barres chocolatées, les gâteaux, les viennoiseries, les biscuits apéritifs… Trop sucrés, riches en graisses de mauvaise qualité, ces aliments participent à un déséquilibre alimentaire néfaste pour la santé et la ligne. Pourtant, le grignotage peut s’avérer assez sain si on prend le temps d’élaborer un goûter intelligent : « Face au coup de barre du milieu d’après-midi, on peut s’accorder une collation : des fruits secs, un yaourt, un thé. Cela permet de tenir jusqu’au diner du soir, et cela permet également de limiter l’appétit une fois arrivé sur la fin de la journée. Beaucoup de gens ont tendance à se jeter sur la nourriture en arrivant chez eux, le goûter de l’après-midi peut vous permettre d’aborder plus sereinement le diner du soir ».

 

4/ Le café est mauvais pour la santé

Certaines personnes sont plus sensibles à la caféine que d’autres, « Cela vient du temps que l’organisme de chacun met à éliminer la caféine qui reste entre 4 et 6 heures dans le métabolisme avant de commencer à disparaître. Le temps qui suit varie du tout au rien » explique notre nutritionniste. Comme pour le reste, tout est une question de modération, car le café a globalement des effets positifs sur le métabolisme : il stimule le système nerveux et il aide à la digestion par exemple. « La caféine entre aussi dans la composition de différents médicaments qui aident à lutter contre les maux de tête ou d’autres petits problèmes de santé, mais il faut une certaine quantité pour que les effets soient probants… De l’ordre de 100 à 200 mg ingérés ». La consommation de café n’est pas dangereuse, mais elle est à surveiller selon certains facteurs : chez la femme enceinte par exemple, la surconsommation de caféine peut provoquer des retards de croissance chez le foetus.

 

5/ Mieux vaut éviter de penser à la nourriture quand on fait attention à son poids

« Penser à la nourriture, c’est éviter de la diaboliser » explique Thibault Goset, « Dans notre société, la nourriture est partout, tôt ou tard on tombe sur une affiche, une publicité, ou n’importe quel autre support qui va vanter le goût d’un nouveau chocolat ou d’une marque de biscuits. Cela ne sert à rien de mettre des oeillères ». Penser à la nourriture permet de calmer certaines envies, notamment en prenant le temps d’élaborer son repas à venir. Vous avez des envies ? Plutôt que de chercher à les oublier, faites une liste : inscrivez ces aliments qui vous font envie sur un petit carnet, d’une vous évitez ainsi de jouer à cache-cache avec votre gourmandise, ce qui est un combat perdu d’avance, et de deux, vous laissez la porte ouverte à un moment de gourmandise plus tard, sans céder à une impulsion que vous pourriez aussitôt regretter.

 

6/ Les desserts sont dangereux pour la ligne

« Trois parts de Forêt Noire à chaque repas ? Effectivement, ce n’est pas terrible. Mais si vous variez les plaisirs, le dessert peut devenir un moment pour terminer votre repas en douceur et éviter les frustrations. Car les frustrations engendrent le plus souvent plus d’effets néfastes qu’autre chose : dépression, craquage, la liste est longue… » explique notre nutritionniste. Des fruits frais, un yaourt dans lequel vous mélangez deux cuillères à café de son d’avoine connu pour son effet minceur, deux carrés de chocolat noir pour terminer sur une note de plaisir, le dessert peut aussi jouer son rôle en apportant des sucres utiles et bons pour votre moral.

 

7/ La viande rouge favorise les problèmes de santé

La viande rouge est une source incontestable de protéines, de vitamines et de minéraux. Pourtant, une étude de l’EPIC publiée en 2005 précisait qu’une consommation journalière de viande rouge à hauteur de 200 grammes augmentait de près de 40% les risques de développer des problèmes de santé au niveau digestif, en raison du taux élevé en fer de cette viande. A l’instar de cette étude, d’autres n’ont pas démontré de manière probante que le sort réservé aux végétariens s’annonçait meilleur. « A choisir, j’encourage mes patients à diversifier leur alimentation : on peut alterner viande rouge, poisson, viande blanche. La viande rouge c’est deux fois par semaine, maximum » confie Thibault Goset. Hors de question d’arrêter la viande rouge, car celle-ci est une source évidente de protéines, de fer et de vitamines B.

 

8/ Les oeufs sont trop riches en cholestérol

Les gens touchés par les problèmes de cholestérol le savent : les oeufs ont mauvaise presse si on écoute les conseils de l’entourage. Pourtant, nombreuses sont les études qui ont développé l’idée que ces derniers ne perturbaient pas outre mesure le taux de lipides sanguins. « Ils sont riches en oligoélements, en vitamines, en protéines… Les graisses vraiment dangereuses pour le cholestérol sont les graisses saturées ou trans-saturées, or l’oeuf n’en contient pratiquement pas ! En se focalisant sur ces graisses, on oublie que l’oeuf est riche de plusieurs bonnes choses : les antioxydants, de nombreuses vitamines (B2, B5, B9, B12, A, E, D) ou encore des protéines très utiles pour l’organisme » explique le nutritionniste. L’American Heart Association, qui a proposé une liste des aliments à limiter dans le cas de problèmes de cholestérol, a notamment indiqué que l’oeuf était tout à fait accepté dans le cadre d’une alimentation équilibrée, à raison d’un oeuf par jour !

 

Le business des régimes alimentaires n’a pas fait que détraquer la santé des consommateurs, il a aussi amené tout son flot de légendes à la fois culpabilisantes et grotesques pour fragiliser les choix alimentaires des uns et des autres. De récentes études l’ont montré : les régimes restrictifs détraquent notre santé et perturbent notre quotidien alimentaire. Stop au massacre ! Manger de tout mais de manière raisonnable reste le meilleur moyen de créer un équilibre alimentaire à la fois gourmand et sain, et si c’était ça le vrai secret d’une bonne santé ?

 

Gabriel Seyrig © Pampa Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article