Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.lepoint.fr/images/2012/09/27/688302-jpg_472912.JPG

 

En plus des facteurs génétiques et environnementaux bien connus, cette maladie aurait aussi une composante infectieuse.

 

Maladie endocrinienne la plus répandue au monde, le diabète de type 2, dit aussi diabète "gras" ou "de la maturité" ne cesse d'étendre ses ravages. En France, il touche aujourd'hui près de 3 millions de personnes, soit 4,4 % de la population. 400 nouveaux cas apparaissent chaque jour et, si rien n'est fait, un Français sur dix sera atteint d'ici à 15 ans. D'où l'intérêt de toute nouvelle découverte en la matière. Celle que vient de publier la revue Nature, et qui émane de chercheurs de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) de Jouy-en-Josas associés à des équipes chinoises, semble prometteuse.

Jusqu'à présent, les recherches consistant à analyser les marqueurs génétiques sous-jacents au diabète de type 2 se faisaient principalement par l'utilisation d'études d'association pangénomique, c'est-à-dire par "l'analyse de nombreuses variations génétiques dans le génome de beaucoup d'individus d'une même espèce, afin d'observer leurs corrélations avec des pathologies", précise l'Inra dans son communiqué. Mais "récemment, des recherches ont indiqué que le risque de développer un diabète de type 2 pouvait également impliquer des facteurs liés au génome des bactéries contenues dans notre tube digestif", le "métagénome".

Un protocole expérimental complexe

Pour bien comprendre ces travaux, il faut savoir que l'étude des bactéries de l'intestin (les spécialistes parlent du microbiote intestinal) est devenue un secteur de recherche important en santé humaine. C'est pourquoi les auteurs de cette publication ont chercher à identifier les espèces microbiennes qui pouvaient être associées au diabète de type 2. Ils ont développé un protocole expérimental complexe consistant à analyser le contenu microbien des selles de 345 patients chinois souffrant de diabète de type 2 et à le comparer avec celui de personnes non diabétiques, pour réaliser leur étude d'association métagénomique.

Les chercheurs ont identifié et validé environ 60 000 gènes marqueurs associés au diabète de type 2. Et ils ont remarqué "un certain déséquilibre du microbiote intestinal" des malades et des différences significatives concernant différentes fonctions microbiennes. "Certaines bactéries universelles productrices de butyrate (anti-inflammatoire) sont moins abondantes chez ces patients diabétiques, divers microbes pathogènes opportunistes sont plus nombreux, et certaines fonctions microbiennes telles que la réduction de sulfate et la protection contre le stress oxydant sont amplifiées", expliquent-ils.

Selon l'Inra, ces résultats sont essentiels pour comprendre le rôle du métagénome intestinal dans le diabète de type 2, mais également dans d'autres maladies. Ils devraient aussi permettre de développer de nouvelles approches thérapeutiques, à condition que des études ultérieures réussissent à caractériser la façon dont le microbiote intervient dans l'apparition et le développement de cette maladie de plus en plus fréquente.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article