Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Dans un hôpital chinois, des médecins ont procédé à une greffe étonnante : pendant un mois, ils ont attaché la main d'un homme, tranchée lors d'un accident, à sa cheville. Elle y est restée pendant un mois avant d'être replacée au poignet du jeune homme.

 

 

 

Greffe intégrale du visage, double-transplantation de bras,... les médecins réalisent aujourd'hui  de véritables prouesses en matière de chirurgie. Mais c'est une opération pour le moins étrange qu'ont menée des praticiens à l'hôpital de Changsha en Chine : ils ont greffé la main d'un homme... sur sa cheville. Les images dévoilées par des médias chinois ont fait le tour du monde et suscité de nombreuses réactions. Aussi effrayante qu'elle paraisse, l'opération avait toutefois un intérêt bel et bien médical. 

 

C'est le 10 novembre dernier que tout a commencé à Changde, dans la province du Hunan en Chine. Alors qu'il travaillait, Xiao Wei, un jeune homme de 25 ans a eu sa main tranchée par une foreuse. "J'étais sous le choc et figé sur place, jusqu'à ce que mes collègues débranchent la machine, retirent ma main et m'emmènent à l'hôpital", a t-il expliqué repris par le Daily Mail. Dans un premier temps, le jeune Chinois a été conduit à l'hôpital de Changde mais là-bas, les médecins ont rapidement dit qu'ils n'étaient pas en mesure de sauver sa main.

Ils ont toutefois suggéré que ceux d'un hôpital plus grand, celui de Changsha situé à plus de 150 kilomètres, pourraient faire quelques chose. Le jeune homme arrivé là-bas, les médecins ont constaté que sa blessure était grave. Son bras était sérieusement endommagé, trop pour que sa main puisse être y rattachée. Du moins immédiatement. Ils ont donc décidé d'attendre que son bras guérisse un peu avant de procéder à la greffe.

 

Maintenir la main "en vie"

"Sa blessure était sévère. En plus de déchirures, son bras était écrasé. Nous devions nettoyer et soigner ses blessures (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article