Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.topsante.com/var/topsante/storage/images/maman-et-enfant/conception/tomber-enceinte/grossesse-quel-age-limite-pour-tomber-enceinte-44095/322347-1-fre-FR/Grossesse-quel-age-limite-pour-tomber-enceinte_exact441x300.jpg

 

Selon les spécialistes présents  au British science festival de Newcastle cette semaine, les femmes qui veulent un enfant doivent songer à la maternité avant 35 ans.

 

Même si les traitements d’aide médicale à la procréation existent et qu’il n’est plus rare d’avoir un bébé à 40 ans, les experts réunis cette semaine au British science festival de Newcastle ont tenu à rappeler que l’horloge biologique des femmes n’a pas beaucoup changé. Et que celles qui veulent avoir un enfant doivent songer à le faire avant 35 ans si elles ne veulent pas connaître les déconvenues de l’infertilité.

 

Selon ces experts, le nombre de grossesses tardives ayant considérablement augmenté ces dernières années, les femmes ont fini par oublier que la fertilité diminuait grandement dès l’âge de 30 ans. « 95% des femmes âgées de 35 ans qui ont des relations sexuelles non protégées arrivent à avoir à un enfant au bout de trois ans, contre 75% seulement pour les femmes âgées de 38 ans » a rappelé l’Agence sanitaire britannique (NHS). Une baisse de la fertilité qui va de pair avec la chute du nombre d’ovules dont nous disposons. Une récente étude menée à l’Université d’Edinbourg a en effet montré que les « réserves ovariennes » dont chaque femme dispose à la naissance, diminuent à un rythme beaucoup plus rapide qu’on ne le croit. Ainsi, à l'âge de 30 ans, une femme ne disposerait plus que de 12% de ses ovules… et n'en aurait plus que 3% à l'âge de 40 ans.

 

24 % des couples ne parviennent pas à obtenir une grossesse après un an

« 35 ans semble être un âge charnière car au-delà de cet âge les femmes qui veulent avoir un enfant par fécondation in vitro, y parviennent également plus difficilement. Le nombre de fausses-couches est en effet plus important après 35 ans qu’avant » ont souligné les experts.

 

En France, les chercheurs de l’Inserm qui travaillent actuellement sur la fertilité des couples français, parlent « d’un problème de santé non négligeable ». Ils ont en effet constaté que 24 % des couples ne parviennent pas à obtenir une grossesse après un an de tentatives et que 11% n’y arrivent toujours pas après deux ans de tentatives.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kate 17/06/2018 20:54

D’après les recherches scientifiques, la grossesse après 37 augmente les chances pour les maladies cardiovasculaires. Du au niveau du cholestérol plus élevé chez les femmes proches du chiffre 40. D'avantage nous sommes susceptible aux diabetes!

De ma part je voudrais y ajoutez une chose. Je fais la dance au niveau professionnel depuis toute ma vie adolescente et adulte. Et j’ai une dystonie vasculaire suite aux entrainements prolongés. Pourtant j’ai normalement vécue ma première grossesse qui était naturelle. Et encore la deuxième à 45 ans, par FIV don en Ukraine. Là aussi j’ai pas eu des problèmes à porter l’enfant. Donc le niveau du cholestérol ne m’a pas joué aucun role.
En Ukraine parce qu’il n’y a pas de manque des donneuses et ils n’ont pas d'âge limite pour les FIVs. Enfin c’est beaucoup moins cher qu’en Amérique !

Parfois j’ai l’impression qu’on essay de trouver les choses à reprocher aux femmes pour leur indiquer quand tomber enceintes. Evidemment les recherches scientifiques sont importants pour avoir l’ensemble de la situation actuelle. Mais ce qui me préoccupe, c’est que chaque femme le prendra à son propre compte. On oublie souvent que ces recherches sont toujours généralisés. Puisque dans plusieurs cas, il est impossible de réaliser les recherches individualisés. On commence par mettre en point commun l’état de santé de chaque femme observé, autant que c’est possible. Et si on parle des risques cardiovasculaire pendant la grossesse on ignore la capacité de chaque femme à se débarrasser de cholestérol malfaisant.

Parce que oui, il y en a deux types du cholestérol ! Celui dont crée la panique à propos de notre santé cardio. Et le second c’est le cholestérol disons bienfaisant ! J’aimerai Clarifier ce moment là.

Pourquoi le cholestérol existe dans notre corps ? Pourquoi s’il porte autant des risques pour notre cœur il est toujours produit par nos cellules ?
La clé ce sont nos cellules. Cholestérol est une lipide, qui est indispensable pour notre organisme. Tout simplement parce que c’est l’un des composants majeurs des membranes cellulaires. C’est à dire de ce truc qui donne la forme au cellules et les protège de la destruction.

Comment alors un élément aussi précieux devient dangereux ?
Ce qui fait la différence parmi les molécules du cholestérol c’est les structures qui transportent ce maudit cholestérol dans notre organisme. Ces structures s’appellent des lipoprotéines et il en existe plusieurs types, mais seulement les deux nous intéressent à l’instant:
• Les lipoprotéines de basse densité (ou LDL ) transportent le cholestérol des lieux de sécrétion vers les cellules de l'organisme. Ces cellules expriment des récepteurs à leur surface pour indiquer leur besoin en cholestérol.
Hypothèse du « mauvais » cholestérol : des taux importants de LDL conduiraient au dépôt de cholestérol sur les parois des artères sous forme de plaque d'athérome, ce qui pourrait accroître le risque de maladies cardiovasculaires et leur vaut le nom de « mauvais » cholestérol.
• Les lipoprotéines de haute densité (ou HDL : high-density lipoprotein) déchargent les artères et les tissus extra hépatiques du cholestérol oxydé, et le ramènent vers le foie où il est dégradé. On parle alors de « bon » cholestérol, même si cela désigne un cholestérol usé et qui va être recyclé.
Cette hypothèse est une simplification de la réalité complexe des lipoprotéines. Ces différents transporteurs ne sont ni « bons », ni « mauvais » et s'échangent entre eux du cholestérol, ce qui fait qu'il n'y a pas de frontière réelle entre ces particules dans la réalité.
Seul l'esprit humain essaie de classer ce qui forme un continuum de transporteurs de tailles diverses en des ensembles figés. Il existe d'ailleurs, selon la classification, différentes lipoprotéines de basse densité (LDL1, 2 et 3) et les plus dangereuses, selon le modèle actuel, sont les plus petites et les plus denses (LDL3). Ce serait les plus athérogènes !

Grace à la degradation du cholestérol, notre organisme produit:
• les hormones stéroïdiennes : cortisol, cortisone, et aldostérone ;
• les hormones stéroïdiennes sexuelles : progestérone, œstrogènes, et testostérone ;
• le cholécalciférol (vitamine D3) ;
• l'hème A ;
• les protéines prénylées ou farnésylées ;
• l'ubiquinone ou coenzyme Q10 ;
• le dolichol ;
• le facteur nucléaire NF kappa B ;
• la protéine tau ;
• les sels biliaires .
Mais voilà encore un truc intéressant. Le cholestérol, lui meme est un précurseur des hormones sexuelles. Qui correspondent à leur tour à notre fertilité !
CHOC ! Je suis choqué qu’on crée la panique sur rien. En plus on écrit souvent qu’il faut suivre une diète qui évite le cholestérol et les matières grasses ! Bonjour la ménopause à 30 ans! Le « mauvais » cholestérol provient en effet des tissus (où il est excédentaire) qui l'ont synthétisé. Limiter les apports alimentaires de cholestérol, ou son absorption au niveau de l'intestin (au travers de l'absorption intensive de phytostérols, par exemple), pour un individu ne souffrant pas d'hypercholestérolémie familiale, n'a par conséquent que peu d'effet prévention-santé.

Ce qu’on devrait faire c’est plutôt équilibrer la nutrition. Pour augmenter le « bon » cholestérol et augmenter notre fertilité!
Toutes les viandes, mêmes maigres (abats, poulet, etc.) sont sources de cholestérol, en particulier les abats[]. Sur 100 g de la viande de 67 à 380 mg c’est cholestérol. Fromage contient à peu près 50-100 mg de fertilité. Poisson 60 à 70 mg.

L'apport alimentaire d'antioxydants (par exemple vitamine E, vitamine C, β-carotène) pouvant limiter l'accumulation du mauvais cholestérol dans la paroi artérielle. La source naturelle du vitamine E c’est toutes les huiles végétales – germe du blé – 133 mg sur 100 g, palme 103 mg sur 100 g, olive 5.1 mg sur 100 g. Les végétaux comme l’avocat 3.5 et l’asperge 2.7. Tomates et choux 1 mg! La crème fraiche aussi 3.5 mg.
Comme la source du vitamine C les citrons, oranges, pommes, kiwi. Bref les fruits et les baies, sans doute.

La β-carotène – tous les aliments rouges et oranges.
Donc une femme intelligente, qui prend soins de sois peut mener une grossesse tout à fait normale après 37. La base c’est toujours la nutrition bien équilibrée. Qui correspond aux besoins du corps. En rajoutant ici les observations chez le médecin, à mon avis les ladies après 37 peuvent porter un bébé. Meme mieux que les femmes plus jeunes ! Soyez heureuses mes belles <3 <3 <3