Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.le-nucleaire.com/wp-content/themes/MassiveNews/images/centrale-nucleaire.jpg

Les syndicats CGT des travailleurs du nucléaire ont exigé jeudi "l'arrêt de la sous-traitance massive, de la sous-traitance en cascade et de la précarité" sur les sites des centrales, considérées comme une manière d'externaliser les risques professionnels.
 

"Pour que, sur tous les sites nucléaires, ce soit la sûreté et non la recherche du profit maximum qui soit la priorité", la CGT "exige un statut pour les travailleurs du nucléaire, basé sur celui des salariés EDF, AREVA et CEA et l'arrêt de la sous-traitance massive, de la sous-traitance en cascade et de la précarité", précise-t-elle dans un communiqué. Les syndicats CGT des travailleurs du nucléaire, sous-traitants, EDF, AREVA, CEA, IRSN ont également demandé "une véritable démocratie dans l'entreprise avec un renforcement des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail [CHSCT] et la maîtrise 100 % publique de l'industrie nucléaire".

 

"80 % D'INTÉRIMAIRES" À LA MAINTENANCE DES RÉACTEURS

Pour le syndicat, "la course effrénée au profit maximum" conduit à une "politique du pire pour les salariés de la sous-traitance, ballottés de contrats en contrats, de sites en sites, subissant la majorité des pénibilités pour des salaires de misère et des conditions de travail indignes". "Si les pouvoirs publics n'assument pas leurs responsabilités en faisant accéder rapidement les salariés de la sous-traitance du nucléaire à des garanties sociales de haut niveau, la CGT assumera les siennes en appelant l'ensemble des travailleurs à l'action", ont conclu les syndicats CGT du nucléaire.

Le personnel affecté à la maintenance des réacteurs est à 80 % intérimaire, estime le responsable du secteur gaz la CGT énergie, M. Laurent Langlard.

LeMonde.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article