Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-09/2011-09-09/article_Frelons-asiatiques-04.jpg

 

Arrivé en 2004 en France, le frelon a rapidement gagné du terrain...

Prédateur des abeilles, le frelon asiatique débarqué de Chine en 2004 colonise progressivement la France et oblige certaines municipalités à employer les grands moyens pour éviter le pire pour les humains piqués, sans toujours y parvenir.

Des attaques à répétition

A Lège-Cap-Ferret, en Gironde, sur le bassin d'Arcachon, Michèle Cotou, une femme de 69 ans tombée sur un essaim en ouvrant sa porte est décédée le 5 juillet des suites de piqûres de cet hyménoptère dont les nids pullulent dans la région. «Nous enlevons en moyenne deux nids dangereux par jour. Vendredi dernier, nous sommes à nouveau passés à côté d'un drame quand un nid a été découvert par des enfants dans un compteur électrique à proximité de terrains de tennis», a déclaré à Reuters Michel Sammarcelli, le maire de la commune.

Cédric Clezardin, employé municipal à Lège-Cap-Ferret, s'en est lui tiré sans trop de dommages quand, en taillant une haie le 16 juillet dernier, il a coupé par mégarde un nid de frelons en deux. «J'ai été immédiatement attaqué, piqué une première fois à la tête, puis je me suis débattu avant d'être à nouveau attaqué par plusieurs autres frelons», dit-il. Déjà piqué une première fois en 2011, il sait qu'il est susceptible de développer une réaction allergique. «J'ai perdu la vue et paniqué. Mes collègues m'ont mis dans le camion pour me conduire à l'hôpital et j'ai perdu connaissance», dit-il. Il faudra plusieurs heures aux médecins pour le ranimer. Cédric Clézardin présente alors une tension très basse et est au seuil du coma. «Depuis, je ne me sépare plus de ma seringue d'adrénaline», explique l'employé municipal.

Injections de dioxyde de soufre

A l'inverse de la plupart des villes qui laissent au secteur privé le soin d'enlever les nids, parfois à grands frais -80 à 250 euros en fonction des difficultés- le maire de Lège-Cap-Ferret a décidé de mobiliser les services municipaux. «Sous prétexte que le frelon asiatique n'est pas classé espèce nuisible, rien n'est prévu par les services de l'Etat. J'ai pris la décision d'équiper des agents et de faire le nécessaire gratuitement», explique l'élu.

André Despujols, le responsable des services techniques, a la charge de la gestion de cette crise. «En 2010, 17 nids ont été enlevés sur la presqu'île. En 2011, nous en étions à 47 nids. En 2012, nous sommes déjà intervenus sur 28 nids en seulement quinze jours et nous comptons un décès», souligne-t-il. Trois agents sont détachés et formés par des apiculteurs avec au minimum deux nids à traiter par jour. Equipés de combinaisons, ils insufflent dans les nids du dioxyde de soufre, utilisé pour désinfecter en viticulture et par les apiculteurs dans la destruction des frelons asiatiques mais non officiellement autorisé comme insecticide.

Une piqûre «pas plus dangereuse» que celle d’un autre insecte

Le frelon asiatique à pattes jaunes ou Vespa Vélutina Nigrithorax est à dominante noire avec une large bande orange sur l'abdomen et un liseré jaune sur le premier segment. Sa tête, de face, est orange et les pattes sont jaunes aux extrémités. Il mesure entre 17 et 32 mm. Débarqué en 2004 dans le port du Havre dans des poteries, il a colonisé quelque 40 départements et a été observé à Paris. Les reines commencent à construire au printemps leurs nids qui comptent, à leur apogée, en octobre, quelque 5.000 individus. Le frelon asiatique est devenu l'un des prédateurs principaux de l'abeille domestique et sauvage.

Pour le docteur Stéphane Guez, responsable de l'unité des maladies allergiques du CHU de Bordeaux, «une piqûre de frelon asiatique n'est pas plus dangereuse que celles d'autres insectes de ce type sauf pour les personnes qui ont une allergie». Pour s'en protéger, il faut avoir à disposition de l'adrénaline injectable qui, administrée immédiatement, est extrêmement efficace. Les médecins allergologues conseillent avant tout de procéder à une «désensibilisation», traitement sur plusieurs années qui permet de se défaire de cette allergie. Selon le docteur Guez, même s'il s'agit d'une espèce très invasive, sa présence en France n'a pas augmenté le nombre de personnes victimes de piqûres d'insectes, la plupart étant piquées par des abeilles, des guêpes et des frelons européens.

 

avec Reuters

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article